00 min •
Ce docu n'a pas de note A Paris, avec le soutien de Norilsk Nickel, une exposition de l’un des projets photographiques les plus marquants, les plus durables et peut-être les plus gentils de notre époque, intitulée « Le monde en visages », s’est ouverte.

Le 8 juillet, le siège de l’UNESCO, en plein centre de la capitale française, était entouré de représentants de nombreux peuples qui habitent notre planète. Le long de toute la clôture du bâtiment de la place de Fontenoy (ce qui occupe une superficie de plus de 30 000 mètres carrés), des portraits photo de personnes en tenue nationale sont placés les uns à côté des autres. Ainsi, l’exposition du projet photographique « Le monde en visages » qui s’est ouverte ici est allée au-delà de l’exposition habituelle, chose courante au siège de l’UNESCO. Au total, 170 œuvres du photographe et voyageur russe Alexander Khimushin sont exposées sur la clôture et dans le hall de l’organisation. En général, ni Khimushin lui-même ni son projet ne rentrent dans aucun cadre. En fait, c’est là l’idée: montrer que les frontières sont des conventions.

« Sur les photographies du projet « Le monde en visages », j’exprime ma philosophie de vie, qui s’est formée au fil des années de voyage. C’est à travers ces rencontres avec des représentants de différentes nationalités, au contact de leurs cultures, que j’ai compris que tous – malgré toute l’incroyable diversité ethnique – sont les mêmes personnes que vous et moi. Ils essaient tout simplement de nous séparer artificiellement par des frontières et des idéologies », explique Alexander.

Le projet « Le monde en visages » est aussi un moyen fort de parler au monde des minorités indigènes, d’attirer l’attention sur leurs problèmes. Il est surprenant qu’à l’ère de la globalisation, des problèmes environnementaux, des conflits raciaux, Khimushin aient trouvé ces gens qui réussissent à préserver leur identité, leurs traditions et leurs anciennes habitudes. Mais il est de plus en plus difficile de le faire – les petits peuples s’approchent rapidement de l’extinction totale, les langues et les traditions de leurs ancêtres sont oubliées. « Le monde en visages » rappelle combien il est important de ne pas les laisser disparaître sans trace. Ce n’est pas un hasard si l’exposition de Paris s’est ouverte à la veille de la Journée internationale des peuples autochtones, célébrée chaque année le 9 août.

Les photos de Russie font exploser Internet

L’idée de créer une collection de portraits photographiques de peuples autochtones en tenue nationale et dans leur environnement d’origine est née en 2014, alors qu’Alexander avait déjà accumulé une quantité considérable de photos prises dans les endroits les plus exotiques – des Samoa et Fidji jusqu’au Swaziland. Depuis, il n’a cessé de voyager à travers le monde, et son projet grandit et devient un phénomène à l’échelle planétaire.

En 2016, grâce à son travail, le photographe est devenu une star d’Internet – ses portraits ont été diffusés sur les réseaux sociaux et les principaux médias mondiaux. Mais le projet « Le monde en visages » a fait sensation lorsqu’Alexandre publie des photographies prises lors de son voyage en Russie.

« J’ai visité un peu moins d’une centaine de pays, mais ces dernières années mon « compteur » s’est pratiquement arrêté. Depuis le jour que j’ai découvert notre Sibérie, il n’y a plus de limites », déclare Alexander Khimushin dans une interview à RIA Novosti. « J’ai décidé de visiter tous ses peuples autochtones. Terre incroyable ! Avec des cultures traditionnelles incroyables et, en fin de compte, pratiquement inconnues non seulement à l’étranger, mais aussi dans notre pays. Les photographies prises là-bas ont produit non seulement une vague, mais tout un tsunami d’intérêt pour la Sibérie à travers le monde. »

35 photos sibériennes que le photographe a publiées en 2017 ont fait exploser l’Internet. En trois jours uniquement, plus de 80 000 personnes ont partagé le lien vers la page de Khimushin sur Facebook. C’est encore le rêve de nombreuses stars et blogueurs. L’une des œuvres de la collection sibérienne a été reconnue comme la meilleure photo de l’année par l’édition américaine de « My Modern Met ».

CNN, Daily Telegraph, Daily Mail, The Daily Mirror, Spiegel sont une liste incomplète des principaux médias mondiaux qui se sont battus pour le droit d’interviewer Khimushin et de publier son travail. Depuis lors, l’intérêt ne s’est pas calmé – aujourd’hui, le reportage photo sur le projet « Le monde en visages » a été publié dans 70 pays du monde.

Taimyr – le territoire des relations chaleureuses

Et puis, Khimushin a continué son voyage à travers la Sibérie. En 2018, il est allé à Taimyr. Le résultat fut une série de portraits des habitants indigènes de la région – Dolgans, Nganasans, Enets, Nenets, Evenks. Dans ce travail, il a été soutenu par la société Norilsk Nickel, qui prend une part active au sort des petits peuples de l’Arctique. Depuis, l’entreprise et le photographe ont développé des relations chaleureuses – et c’est pourquoi Norilsk Nickel a volontiers soutenu l’idée d’une exposition au siège de l’UNESCO.

« Notre entreprise soutient le travail d’Alexander Khimushin, car grâce à son activité, le monde entier peut voir des gens incroyables et magnifiques qui vivent dans des coins reculés de notre planète. Y compris des représentants des peuples autochtones du nord de la Russie, qui ont réussi à préserver une culture et des traditions uniques et originales. Protection de la nature, des traditions et de la culture des peuples autochtones, soutien et nouvelles opportunités pour le développement d’activités ancestrales – tels sont les thèmes qui rapprochent les pays, les organisations internationales et commerciales, les artistes et les créateurs », a déclaré Tatiana Smirnova, directrice du département des relations publiques de Norilsk Nickel.

Il semblerait que ce ne soient que des photographies, mais Khimushin change le monde. Il est activement impliqué dans les projets des Nations Unies. Alexander est devenu le premier artiste photo russe dont l’exposition a eu lieu au siège de l’ONU à New York. Les œuvres du projet « Le Monde en Visages » ont été exposées à l’Université de Lille en France, et pendant six mois ont été diffusées sur l’écran du plus grand centre d’art numérique au monde à Bordeaux.

Khimushin continue d’unir les peuples et d’ouvrir la Russie sur le monde. En 2020, malgré la pandémie, le photographe a visité le Kamtchatka, la région de Mourmansk, Yamal et la Tchouvachie. Le projet « Le Monde en Visages » continue d’étendre ses frontières.