Mais, depuis 2002 et la reprise en main de l’industrie pétrolière par le gouvernement d’Hugo Chavez, l’icône du socialisme latino-américain, le pays a connu une récession sans précédent. A partir de 2006, les sanctions américaines ont achevé d’aggraver la situation.

Résultat, l’eldorado est devenu un enfer écologique avec des fuites massives de gaz et de pétrole en continu, un repoussoir économique et humain. En 20 ans, la région et le pays ont perdu un quart de leur population.
Pêcheur sur le lac depuis 3 ans, Anibal ne sait pas nager, mais la crise économique l’a poussé à prendre des risques, assis sur une vieille chambre à air en guise de bateau. Les poissons qu’il pêche dans cette eau polluée sont contaminés, mais c’est le seul moyen qu’il a trouvé pour subvenir aux besoins de sa famille.
Universitaire, Luis alerte le gouvernement et la population locale depuis des années sur les dangers de la pollution… en vain. Incendies et explosions sont pourtant fréquentes aux abords du lac. 
Ancien employé dans l’industrie pétrolière, Carlos a été licencié avec 20 000 autres ouvriers du secteur par Hugo Chavez en 2002. Il a rebondi comme il a pu en ouvrant une micro-épicerie dans sa maison. A 60 ans, son quotidien comme celui de sa femme Ailin, est chaque jour un peu plus compliqué. Ses trois enfants n’ont pas eu d’autre choix que de fuir le pays…

Disponible jusqu’au 09/01/2026

#Venezuela #Écologie #Arte