48 min •
\r\n\r\n \r\n\r\nLes textes chinois, vieux de seize siècles, ont révélé la présence en l’an 166 de notre ère, de Romains au cœur même de la Chine. Selon ces chroniques, ils auraient été mandatés par Rome pour établir des relations avec l’Empire des Han. Ambassadeurs, ou simplement marchands ? Peut-être les deux… Sous Auguste, le premier empereur, Rome bénéficie de deux siècles de bien-être. C’est le temps de la Pax Romana. Les échanges, le commerce vont connaître un extraordinaire essor. Des caravanes relient sans cesse l’Orient lointain aux ports de la Méditerranée. Un voyage de plus de 11 000 kilomètres au cours duquel elles doivent affronter mille dangers, parmi lesquels les Huns qui faisaient régner l’insécurité le long du parcours. À partir d’Antioche, les marchands transportaient leurs produits vers l’Asie par voie terrestre vers Lo Yang capitale de la Chine. Sur le trajet, des intermédiaires s’imposaient entre les Romains et les Chinois : les Parthes une tribu iranienne qui occupait la Perse. Ils exercent sur le commerce caravanier une pression qui va devenir si forte que les Romains vont chercher d’autres passages : ce sera la voie maritime. À l’époque d’Auguste, environ 120 bateaux croisaient dans le seul océan indien. Pour le compte des marchands romains, des marins tamouls poussaient leur navigation vers la Terre d’or, autrement dit l’Indochine, puis franchissaient le détroit de Malacca pour atteindre la Chine. Tout le long des côtes de la péninsule indochinoise, les Romains avaient établis des comptoirs dont la gestion était confiée à des mandataires tamouls ou indiens.