51 min •
Ce docu n'a pas de note
« Pour moi, la parfaite représentation de l’Amérique actuelle, c’est la crème fouettée et les pépites de chocolat multicolores. Il y a d’un côté des pépites de chocolat multicolores qui représentent le peuple cosmopolite américain et de l’autre le fouet, qui symbolise le gouvernement américain », explique Ajala King, une chanteuse américaine installée en France. Le choix de la métaphore est pour le moins personnel, mais il a le mérite d’éclairer le titre de ce documentaire réalisé par Laurent Marmol.\r\nEn Californie, le réalisateur a rencontré des hommes et des femmes issus de l’immigration, pour qui l’Amérique a longtemps été un rêve, avant de devenir une réalité. Qu’ils soient lycéens, professeurs, vendeurs, musiciens, comédiens ou médecins, ils ont tous fait l’expérience, parfois déçue, de ce fameux rêve. Pour les élèves latino-américains d’un lycée de Los Angeles, le rêve américain n’existe que pour ceux qui ont de l’argent. Aux yeux de cette femme venue du Salvador, qui vend des spécialités culinaires locales sur les marchés, l’Amérique demeure le plus beau pays du monde, puisque tout y semble encore possible. Quant à ce musicien afro-américain qui se produit la nuit dans les rues de San Francisco, il semble considérer l’Amérique comme une gigantesque terre de désespoir, où le gouvernement entretient la misère pour mieux manipuler les esprits.\r\nAu fil de ces rencontres et du chemin qu’il parcourt en Californie, Laurent Marmol écorne petit à petit l’image lisse et sans faille d’une Amérique super puissante et idéalisée. Il reste alors ces paysages de routes désertiques, de bitume fumant sous le soleil Californien, ces rues de San Francisco ou de Los Angeles où se mêlent marginaux et curieux. Autant d’images esthétiques que le réalisateur semble avoir pris plaisir à filmer et à interposer entre deux interviews souvent menées à la manière d’un « micro-trottoir ». Un film personnel, tant par son propos que par sa facture. Réalisation : Laurent Marmol.