48 min •
À la mort de son cousin Charles IV le Bel (1er février 1328), le comte Philippe de Valois (31 ans) a été nommé régent du royaume par ses pairs en attendant que la veuve du précédent roi donne le jour à un héritier. Las, celui-ci est… une fille et donc interdite de couronne en vertu du précédent de Philippe V le Long. Il revient donc aux grands seigneurs du royaume de choisir le futur souverain. Plusieurs prétendants ont des droits équivalents :  Philippe de Valois fait valoir sa filiation avec Philippe III le Hardi, dont il est le petit-fils par son père (mais il n’est que le neveu de Philippe le Bel), le roi d’Angleterre Édouard III est le petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, Isabelle, soeur des précédents rois et le comte Philippe d’Evreux est en droit aussi de revendiquer la couronne car il est l’époux de Jeanne de Navarre, fille de Louis X le Hutin mais il n’insiste pas… Après moult délibérations, à Vincennes, les Grands du royaume se décident le 8 avril 1328 à confier la couronne au régent. Aux yeux des féodaux et des juristes qui les assistent, celui-ci a pour principal avantage de n’être ni Anglais ni Navarrais ! C’est ainsi qu’il devient roi sous le nom de Philippe VI. Il est sacré à Reims le 29 mai suivant.\r\n\r\n