53 min •
Dans « Trans, c’est mon genre », la parole est donnée à des femmes et des hommes transgenres souvent victimes de préjugés, de discrimination et de transphobie. Découvrez leur quotidien et les luttes qu’ils doivent mener pour faire respecter leurs droits, leur dignité, leur vie. Il n’est pas facile d’évoluer dans une société où les règles sont conventionnelles, où le regard des autres est porté sur ce qui semble « différent », sur ce qui semble sortir de la notion de « normalité » qui a été fixée par la masse. Ces personnes, par leurs témoignages, bousculent nos idées reçues et nos repères. La souffrance qu’elles ressentent est bien réelle, car le racisme et la discrimination restent, hélas, profondément ancrés dans les mentalités de notre société. Pourtant, la lutte contre le rejet est un combat qui est censé tous nous concerner. La peur et la discrimination viennent souvent du fait de l’ignorance et de l’incompréhension. Il est donc important d’écouter la détresse, de l’entendre et de la comprendre. Ce n’est pas une mode, ce n’est pas une déviance, mais c’est parfois une réelle souffrance pour ces personnes qui subissent railleries, moqueries, agressions verbales et sont même parfois attaquées dans leur intégrité physique.

Transgenre, c’est quoi ?

Le mot transgenre est composé de « trans » (inter) et genre. Ainsi, les personnes transgenres adoptent l’aspect physique, le mode de vie et la sexualité d’un sexe différent de leur sexe de naissance, car celui-ci ne leur correspond pas ou plus et cela leur procure un sentiment de malaise, voire même de mal-être. C’est parfois compliqué à comprendre lorsqu’on ne vit pas la situation. Disons que la personne intérieure n’est pas la même que celle à l’extérieur. Grâce aux progrès de la médecine, le transgénérisme n’est plus limité au classique genre féminin et masculin. En effet, les personnes transgenres peuvent ne plus se limiter à se vêtir comme un membre d’un autre sexe, car il est désormais possible, tout en conservant les signes physiologiques d’origine, d’obtenir ceux associés au sexe choisi sans pour autant changer de sexe. En résumé, on peut dire qu’une personne transgenre présente des signes d’un autre sexe que celui qui est le sien à sa naissance. Grossièrement, on pourrait caricaturer par « c’est un homme dans un corps de femme, ou une femme dans un corps d’homme. » À ce stade, il est important de faire la différence avec le travestisme : celui-ci est simplement le fait de vouloir s’habiller à la manière de son sexe opposé. Cela n’a donc rien à voir avec le transgénérisme.

En savoir plus sur Vivre Trans.

Et la transsexualité ?

Contrairement aux transgenres, les personnes transsexuelles ont entrepris les démarches médicales pour changer de sexe et ainsi se sentir plus en adéquation avec ce qu’elles ressentent au plus profond d’elles-mêmes. Ainsi, elles ont volontairement choisi de subir une chirurgie et/ou un traitement hormonal, afin de changer de sexe de manière non plus physiologique, mais bien médicale.

Bisexualité, homosexualité, … du pareil au même ?

De nos jours, beaucoup d’entre nous font des raccourcis faciles. Pourtant, l’homosexualité se diffère dès ces deux notions : l’homosexualité est une orientation sexuelle, c’est le fait d’éprouver de l’attirance pour une personne de même sexe et la bisexualité pour les deux sexes. Rien à voir, donc, avec le fait de vouloir changer physiquement, physiologiquement ou médicalement de sexe.

La transphobie : les agressions et les plaintes en hausse

Selon les estimations, il y aurait environ 15 000 personnes transgenres qui vivraient actuellement en France. Et selon les mêmes estimations, c’est l’une des communautés qui subirait le plus de discrimination, que ce soit des violences verbales ou physiques. On estime que 85% de ces personnes subissent au moins une agression durant leur vie. Certaines agressions, les plus extrêmes, peuvent aller jusqu’au crime. Récemment, ça a été malheureusement le cas pour Vanessa Campos dont le meurtre a défrayé la chronique. Nous vivons au XXIe siècle et que certaines personnes subissent des agressions parce qu’elles ne rentrent, soi-disant pas, dans les « normes » est consternant. La transphobie se retrouve à tous les étages de la société, jusqu’aux institutions étatiques. En effet celles-ci vont jusqu’à compliquer le changement d’état civil. On comprend donc aisément la difficulté de vivre en tant que trans au quotidien. Heureusement, certaines institutions et sites internet existent et permettent aux personnes de mieux vivre leurs transgénérisme. C’est le cas notamment de vivre-trans.fr. Cette plateforme en ligne offre bon nombre d’articles d’actualité, d’informations et des conseils sur la communauté transgenre et LGBT en général.

Quelques trans célèbres

Même si le sujet reste relativement tabou, les langues et les paroles se libèrent de plus en plus. Parmi les portes-étendards du mouvement, on peut notamment citer : – Laverne Cox, l’actrice qui incarne Sophia Burset dans la série Orange is the new black. Elle est également chanteuse et elle a fait la une du Times Magazine. – Andreja Pejic, célèbre mannequin serbo-australienne. – Valentina Sampaio, d’origine brésilienne elle est le premier mannequin transgenre à faire la couverture du magazine Vogue en France. Elle monte régulièrement sur les podiums pour les plus grandes marques. – Caitlyn Jenner, ancienne championne d’athlétisme, beau-père des sœurs Kardashian et père de Kendall et Kylie Jenner. Elle est célèbre pour avoir participé à la télé-réalité du clan Kardashian. Sans doute l’une des égéries les plus célèbres et actives du mouvement LGBT depuis que son changement de sexe a été hypermédiatisé. – Chaz Bono, fils du célèbre duo Sonny et cher, qui travaille dans la musique comme ses parents. – Amanda Simpson, première politicienne nommée conseillère technique principale au bureau de l’industrie et de la sécurité par le président américain Barrack Obama. – Jake Grag, réalisateur et scénariste anglais qui se bat à travers ses films pour la communauté LGBT. – Kye Allums, célèbre pour être devenu le premier joueur ouvertement transgenre à faire partie de la 1ere division de la NCAA, la ligue nationale universitaire de basketball américaine. – Lana et Lilly Wachowski, célèbres sœurs transgenres connues pour avoir notamment réalisé la triologie de films Matrix. Un documentaire d’Eric Guéret.