89 min •
5/5 (1)

Véritable icône de l’histoire britannique, Florence Nightingale (1820-1910) posa les bases du métier d’infirmière moderne. Un bel hommage à une pionnière dont l’intégrité, l’altruisme et le zèle forcent l’admiration.

Dans les années 1850, alors que le Royaume-Uni est engagé dans la très meurtrière guerre de Crimée, une femme va révolutionner la pratique des soins infirmiers qui en sont encore à leurs balbutiements. Fille de bonne famille, Florence Nightingale a embrassé une vocation de nurse réservée d’ordinaire aux classes populaires. Elle est envoyée au chevet des blessés dans un hôpital militaire de Constantinople. Les maladies infectieuses y font alors davantage de victimes que les combats. Son récit des conditions indignes qui y règnent, publié dans la presse, scandalise l’opinion publique. À la suite de cette expérience, l’infirmière engage un profond travail de réforme des hôpitaux militaires, inspiré des principes hygiénistes alors émergents, dont les résultats s’avèrent vite spectaculaires. En parallèle, elle mène de rigoureuses recherches fondées sur un usage novateur des statistiques. De retour en Angleterre, Florence Nightingale se voit désormais reconnue comme une experte en matière de santé publique. Au cours d’une longue et riche carrière menée des deux côtés de l’Atlantique, elle contribue à moderniser les hôpitaux publics, crée la première école d’infirmières de l’Empire britannique et pose les bases de l’éthique du « care », centrée sur le soin et l’empathie envers le malade.

Sainte laïque

Altruiste, persévérante, dotée d’une brillante intelligence et d’une extraordinaire force de travail, celle qu’on a surnommée « la dame à la lampe » pour ses tournées nocturnes des chambrées de malades, est aujourd’hui encore révérée à la manière d’une sainte laïque dans le monde anglo-saxon. Si son nom est bien moins connu en France, du fait de la longue mainmise des congrégations religieuses sur le monde hospitalier, elle fera cependant des émules, notamment grâce à Anna Hamilton, l’une des premières femmes médecins, qui crée à Bordeaux une école d’infirmières inspirée de ses préceptes. À l’aide d’élégantes reconstitutions, de témoignages d’experts et d’archives – notamment les célèbres lettres envoyées par Florence Nightingale depuis Constantinople –, ce beau documentaire retrace le parcours extraordinaire d’une visionnaire à la personnalité admirable et revient sur l’ampleur de son héritage.

Documentaire d’Aurine Crémieu disponible jusqu’au 20/04/2022.