52 min •
Ce docu n'a pas de note Une chronique intime du basculement de l’Allemagne dans le nazisme. Second volet : l’État contrôle désormais toutes les sphères de la société. L’école et les mouvements de jeunesse inculquent à des foules d’enfants embrigadés l’amour absolu du nazisme. Collègues et voisins s’espionnent jusque dans leurs loisirs, encadrés par la puissante organisation KDF (Kraft durch Freude, « la force par la joie »). Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, orchestre une succession incessante de parades et de spectacles qui relève de l' »hypnose de masse ». Avec la promulgation, en septembre 1935, des lois de Nuremberg, qui autorisent une classification biologique de la population, les Juifs sont exclus de toute vie sociale et leurs contacts avec le reste des citoyens, proscrits. En novembre 1938, Hitler se saisit du meurtre du secrétaire d’ambassade Ernst vom Rath, tué à Paris par un Juif polonais, pour déclencher une vague de représailles d’une violence inouïe. Après l’effroyable Nuit de cristal, des dizaines de milliers de personnes s’engagent sur les routes tortueuses de l’exil. En 1939, trois chercheurs de l’université américaine de Harvard lancent, par voie de presse, une vaste enquête auprès des Allemands ayant fui le nazisme, afin qu’ils racontent l’avant et l’après-30 janvier 1933. Admirablement transmis par une seule et même voix, celle de la comédienne et chanteuse Ute Lemper, les témoignages inestimables et largement méconnus de ces déracinés – hommes et femmes, issus de confessions et classes sociales différentes – rendent palpable, entre détails du quotidien et recul analytique, la vie sous le joug nazi, entièrement soumise « au credo et au veto de l’État ». Délaissant les habituelles images de propagande, Jérôme Prieur conjugue leurs récits avec de fascinants fragments de films amateurs, au pouvoir plus évocateur qu’illustratif, pour tisser la chronique intime de ces années de basculement. Documentaire de Jérôme Prieur disponible jusqu’au 09/01/2022.