Ce docu n'a pas de note Comment écrire un mémoire en deux semaines?

Le temps est une ressource clé quand il s’agit de rédiger un mémoire. De ce fait, gérer son temps constitue un point décisif pour l’aboutissement de ce dernier. Parfois, l’approche de la date d’échéance dans la rédaction peut altérer la qualité du travail. La bonne nouvelle est qu’il existe une méthode pour rédiger un mémoire en deux semaines. C’est cette méthode qui est développée ici en quelques points. 

1- Planifiez à l’avance comment vous allez conduire l’écriture pendant la semaine 

Les travaux en amont comme la collecte de données et le choix des outils pour les traiter sont déjà finis, c’est de l’écriture proprement dite dont il est question ici. Pour organiser les deux semaines, faites une liste de façon à avoir un aperçu sur l’ensemble du mémoire. Pour ce faire, étalez sur un support le titre du mémoire, la problématique, les intitulés des chapitres avec leurs ébauches respectives et les sous-parties, une ébauche de la conclusion. Ensuite, écrivez près de ces parties le volume horaire qu’on souhaite investir à chacune d’elles après une évaluation, par exemple, on peut attribuer 04 heures pour l’introduction et une demi-journée pour le premier chapitre, tout cela en tenant compte du délai d’une semaine. De cette façon, la rédaction de mémoire peut se faire avec assurance car elle est dirigée, organisée et bien répartie sur la semaine. 

2- Restez fidèle à ce calendrier tout en prévoyant une marge supplémentaire 

Étant donné l’agenda serré qu’on aura obtenu après la première étape, il suffit d’une dizaine de minutes de procrastination pour que tout soit remis en cause. Pour éviter la procrastination, l’astuce est de se munir d’un tableau avec la liste des tâches et le temps qui leur est imparti, et d’une montre pour chronométrer l’écriture. Non seulement cocher dans chaque case après l’écriture de chaque unité préserve la motivation, mais le chronométrage maintient aussi un sentiment d’urgence maîtrisée, ce qui ne peut qu’être bénéfique à la qualité du mémoire. Les marges supplémentaires sont nécessaires pour avoir un recul par rapport au travail, vérifier la cohérence de l’ensemble et relever les fautes d’orthographe éventuelles. L’idéal est de consacrer 25 % du volume consacré à l’écriture à la révision : pour une sous-partie qui a pris une heure à écrire, il faut consacrer un quart d’heure supplémentaire à la relecture. Il est aussi possible d’entamer la relecture à la fin de l’écriture, de cette façon, la cohérence de l’ensemble sera mieux analysée. 

Une aide à la rédaction de mémoire peut vous être apportée par un rédacteur chevronné qui aura une expérience et une connaissance de la rédaction importante compte tenu de sa spécialité, lorsque le temps vous manque, cette option peut être clairement priviligée.

3- Prenez en compte les autres facteurs 

Une volonté de fer ne suffit pas à rédiger un mémoire en une semaine, il y a d’autres facteurs qui entrent en jeu. D’abord, il y a l’environnement. Il faut s’assurer que l’environnement est propice à l’effort de concentration, une condition obligatoire pour respecter les délais. Certaines personnes se concentrent mieux dans le silence absolu tandis que d’autres on besoin d’un stimulus externe pour garder le cap. Veillez aussi à bannir les éléments qui peuvent perturber, notamment le téléphone portable ; en effet, il n’y a rien de plus perturbant qu’avoir affecté 02 heures à la conclusion pour se retrouver 03 heures plus tard avec deux lignes rédigées et sur les réseaux sociaux. Ensuite, il faut savoir écouter son corps : les uns sont prédisposées à travailler la nuit tandis que d’autres le jour. Le plus important des de connaître ce qui fonctionne pour son corps et son cerveau, et d’en appréhender les limites pour une productivité optimale. 

Pour conclure, il est tout à fait possible d’écrire un mémoire en une semaine. Avec une excellente organisation, une volonté ferme, et dans un environnement propice, on tire le meilleur de ces deux semaines.