«Pièces à conviction» revient sur l’affaire Kerviel. Huit ans après la découverte des agissements de l’ancien trader, des questions restent en suspens concernant l’enquête. Pourquoi la justice a-t-elle mis tant de temps à pointer les défaillances dans le système de contrôle de la Société Générale ? Quelle est la responsabilité de l’Etat dans cette affaire ? Les juges ont-ils agi sous influence ? Aujourd’hui, la disparition d’un rapport sensible et un enregistrement clandestin apportent un éclairage nouveau sur les responsabilités du trader et le rôle de la banque&; Rappelons qu’en septembre 2016, la Cour d’appel de Versailles a réduit le montant de la somme due par Kerviel à son ancien employeur. Le montant passe de 4, 9 milliards d’euros à 1 million. C’est la première fois depuis 2008 qu’un tribunal souligne les fautes commises par la Société Générale.