00 min •
3.89/5 (9) Votre prochaine découverte pourrait être une romance intitulée Viens ! C’est un roman de 200 pages, qui a été édité en février 2020 aux éditions du Lys Bleu. L’auteur, c’est Serge Marignan, auteur de 2 livres : des recueils de poésie qui ont pour sujet les souvenirs de sa jeunesse. Le passé est l’essence même de l’art de l’écrivain : c’est son inspiration et ce qui va lui permettre de créer des univers romantiques et mélancoliques à la fois.

Serge Marignan raconte la folle passion qui a uni Julien à Michèle. Il en avait presque 18, elle 15 : un coup de foudre digne des films hollywoodiens, mais sans l’aspect bling-bling et invraisemblable. Durant quelques années, les deux ados vont grandir et se forger ensemble. Le lieu et l’époque ? Sud de la France, dans le Gard — années 70 ! Parfait pour voyager dans le temps, lors d’une lecture. On y retrouve l’insouciance et la nostalgique qu’affichent les personnes qui ont vécu cette décennie, sous format papier ici. Dans ce cadre naturel, boisé, où la nature est belle et éternelle, on observe la relation entre Julien et Michèle s’épanouir et se désunir également.

Le roman s’ouvre sur des citations qui plongent directement le lecteur dans le propos du livre. Est-ce qu’on va découvrir une histoire réelle, authentique, ou bien une fiction ? Un mix des trois ? Ce n’est pas parce qu’une histoire est fictive qu’elle est moins intéressante. Aujourd’hui, des plateformes comme Reddit le démontrent grandement, grâce à des posts écrits fréquemment par des utilisateurs passionnés, qui raffolent d’histoires et contes modernes. Alors, vrai ou faux ? L’important, c’est que les faits qui nous sont racontés soient intéressants. Les origines et l’évolution de ces deux personnages est importantes, pour que nous puissions nous attacher à eux, mais également comprendre comment une telle passion a pu survivre à des décennies de séparation. Il faut que cela soit logique, et ça, l’auteur l’a parfaitement compris.

Pendant la grande majorité du livre, le lecteur suit le parcours de ce couple jeune et dynamique. Ils se découvrent l’un et l’autre, tout en se découvrant soi-même, notamment par l’exploration des corps, dans une approche de la sexualité débridée et explosive ! Un élément qui correspond bien à la réalité, et qu’on imagine parfaitement. À ce propos, les scènes de sexe ne sont jamais vulgaires, elles sont parfois simplement évoquées, sans détails anatomiques ni longueurs, d’autres fois, on a droit à des descriptions plus  ! Cette passion qui s’embrase de jour en jour s’accompagne des « traditionnels problèmes de couple », que l’on retrouve aussi bien chez les ados que chez les plus vieux. L’écrivain n’a pas cherché à raconter quelque chose d’exceptionnel, mais à raconter une histoire d’amour sans filtre. Objectif réussi, puisque Viens ! ne ressemble pas à un roman, mais plutôt à un véritable journal qu’on aurait pu trouver dans le grenier d’un oncle mélancolique et romantique… Serge Marignan est l’auteur d’une histoire sentimentale, créée et imaginée par un homme. Dans l’univers de la littérature « à l’eau de rose » et des romances, on attribue souvent les mérites à des femmes. On dit que l’amour et la passion, les émotions sont des choses féminines : rien n’est plus sexiste et rétrograde qu’une telle pensée. Grâce à Serge Marignan, vous découvrirez une histoire d’amour écrite par un homme et décrite du point de vue masculin. Le travail d’écriture est tel qu’on a l’impression que le personnage de Julien n’a rien de fictif.

Grâce à cette écriture efficace, on parvient à s’imaginer les paysages et les décors qui servent de toile de fond. Les Cévennes, le Gard, un petit endroit de paradis pour ceux qui ont déjà eu la chance d’y séjourner. Comme le roman a été écrit du point de vue du héros masculin, on finit par s’y attacher, d’une manière ou d’une autre. On a envie qu’il réussisse à reconquérir sa Michèle malgré le temps qui s’est écoulé. Pendant cette période où chacun a refait sa vie de son côté, chacun semble avoir fait semblant. De plus, la musique ou bien l’écriture de ce roman, élément important qui permet une mise en abyme originale et unique en son genre. Le narrateur doit terminer ce projet qu’il avait laissé en suspens, depuis tout ce temps. La machine de la vie reprend, enfin…

Le genre de la romance se traîne une réputation de facilité. Les textes souffrent des traditionnels défauts que sont : la niaiserie, la candeur des personnages, les stéréotypes de genre et la prévisibilité des situations que l’on traverse. Parfois, le roman les effleure, surtout concernant les clichés relatifs aux hommes et aux femmes. Mais plutôt que d’y sombrer, l’auteur en profite pour utiliser ces clichés, afin de les démonter au mieux. Par exemple, le jeune Julien épris de Michèle ne cherche pas à dissimuler sa passion pour cette fille qui parle trop, cette « bavarde ». Ce sexisme banalisé donne un côté encore plus réaliste et authentique au personnage de Julien, ado des enfants 70. Aujourd’hui, on réfléchirait à deux fois avant de tenir de tels propos… Mais c’est un journal intime ! Alors, peu importent les bienséances, cette absence de retenue est en faveur du roman et du propos défendu : l’amour n’est ni tout blanc, ni tout noir, ni rose : l’amour existe et prend des tournures inattendues.

Le message important qui se dégage de Viens ! pourrait être résumé en cette phrase : « Carpe Diem ! » Il faut profiter de la vie, saisir sa chance, sinon on finira par le regretter. Chaque instant passé avec la personne aimée est un cadeau que l’on doit chérir et protéger à tout prix. Enfin, il faut saisir les occasions qui se présentent à nous, sinon, elles risquent de disparaître. La lecture de Viens ! est naturelle, cette histoire tient en haleine. Vous souhaitez découvrir la romance et craignez de vous confronter à un texte mielleux qui manque de franchise ? Avec Viens ! tu peux découvrir un roman construit sur deux plans, ce qui donne l’impression de lire une double histoire : celle d’un Julien jeune et indécis et celle d’un Julien plus âgé, plus sage et mesuré, mais tout aussi amoureux de sa Michèle. Cette perspective intelligente et audacieuse donne du caractère à ce livre, qui promet un voyage court, mais intense. Chaque nouvelle entrée du journal donne envie de connaître la suite.

Viens ! fait partie de ces livres qu’on adore ou qu’on déteste. On peut l’aimer grâce à une construction narrative habile : deux plans différents, deux époques différentes et donc deux personnages qui le sont tout autant, en fonction de leur âge. On peut également rester indifférent face aux évènements et actions relativement basiques, liés au quotidien « normal » de deux jeunes adolescents. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les rebondissements les plus intéressants ne surviennent pas aux moments que l’on attend !

Parmi les grandes qualités du livre, on peut dire sans se tromper que Viens ! est une romance originale, qui change des habituelles histoires photoshopées, où le héros est riche et puissant et où la demoiselle est niaise et jolie, en besoin de protection. Ici, le héros mâle se met à nu, il n’a même rien d’héroïque et campe une figure à laquelle on peut tous s’identifier. Les lectrices se sentiront touchées par cet homme amoureux…

Viens ! prend le risque de présenter un roman écrit d’une façon très personnelle et c’est bien là ce qui fait sa force principale, l’originalité. Comme c’est à la mode, Serge Marignan devrait rédiger le point de vue de Michèle pour son prochain livre ! Finalement, nous ne la connaissons pas mieux à la fin de cette lecture. Cet aspect « insaisissable » et libre, qu’on ne peut toucher lui donne une aura presque surnaturelle et sacrée. Pourquoi ? Parce qu’on la découvre au travers du regard de l’amour, et c’est le point de vue de Julien qui l’emporte sur tout.

Un agréable moment de lecture, malgré des coquilles qui auraient pu être corrigées par un relecteur-correcteur professionnel. On oublie tout et on se plonge dans cette histoire d’amour attendrissante, qui fera tourner les têtes…

Viens ! Serge Marignan

Lys Bleu Editions

ISBN : 979-10-377-0529-7

17.6€

http://www.serge-marignan.fr/