00 min •
Ce docu n'a pas de note De 200 à 300 mots à la minute, c’est en moyenne la vitesse à laquelle nous lisons. Le taux de compréhension et d’assimilation de l’information est alors d’environ 47 %, ce qui n’est pas énorme. Comment peut-on lire plus vite et surtout lire mieux ? Grâce à une technique nouvelle, la lecture rapide. Les pros de cette méthode peuvent monter à près de 800 voire 1000 mots à la minute. Le gain est donc énorme.

Concrètement, c’est quoi la lecture rapide ?

La première chose à savoir, c’est que la lecture est un processus cognitif complexe effectué par le cerveau à une vitesse assez phénoménale. Il reconnaît des enchaînements de caractères puis leur donne un sens en fonction du contexte. L’idée principale de la lecture rapide, c’est de faire moins de mouvements oculaires. Cette méthode nécessite de ne pas lire de manière linéaire, mais d’adopter du « recul » et de prendre les mots dans un ensemble, un contexte. Fini le mot-à-mot, l’œil balaye et s’attarde sur les mots cibles, les mots importants. C’est la vision périphérique qui permettra de déchiffrer l’ensemble. La lecture rapide est souvent utilisée dans un contexte professionnel en la couplant avec des concepts de mind mapping et d’organisation de l’information. Bon nombre de recruteurs dans les métiers de la com organisent un test lecture rapide afin de s’assurer d’une organisation et d’une synthétisation cohérente de l’information par les candidats.

Comment maximiser son efficacité ?

La fédération française de lecture rapide recommande quelques petits prérequis pour optimiser son rendement. Premièrement, il faut beaucoup de lumière, si possible naturelle, afin de contraster un maximum les mots des pages. Ensuite, il faut du calme pour aider le cerveau à se concentrer sur sa tâche. Enfin, comme dans beaucoup de domaines, il faut s’entraîner et ne pas se décourager si on n’y arrive pas du premier coup.

Une nécessité absolue ?

La lecture rapide reste un complément de la lecture standard, parce qu’évidemment, même si les mots gardent leur sens, c’est beaucoup moins agréable et on ne peut pas vraiment prendre le temps de relever les yeux pour profiter de la prose de l’auteur, de son sens de la littérature et de la beauté des tournures des phrases…