26 min •
« Je n’ai jamais fait de pire voyage de ma vie » raconte le vieil homme assis à l’arrière de la jeep, bien accroché aux armatures du 4×4…« Entre éboulements sur la voie, glissement de terrain, camions accidentés, chutes de neige en altitude… cette route est un vrai cauchemar ! » La Karnali Highway, au nord ouest du Népal, est la route la plus dangereuse du pays… Longue de 250 kilomètres, elle relie la ville de Surkhet, dans la vallée, à Jumla, à 3000 mètres d’altitude… Il faut parfois plus de cinq jours pour parcourir le trajet…À flanc de montagne, taillée dans la roche au milieu d’un décor naturel hors du commun, cette route ouverte il y a à peine deux ans permet enfin aux populations de la région la plus pauvre du Népal de s’ouvrir au reste du pays, de se déplacer et surtout, de se ravitailler en produits en tout genre. Chauffeurs de camions, chauffeurs de jeep et même de tracteurs, voyageurs, commerçants venus s’approvisionner dans la vallée, transports publics, colonne de gens à pied marchant plusieurs jours pour atteindre leur village… la route est pour eux, malgré tout, le moyen le plus sûr et le plus rapide pour se déplacer dans cette région montagneuse…Pendant plusieurs semaines, nous avons suivi tous ceux qui empruntent de gré ou de force cette « route de l’impossible »… Un documentaire de Manolo d’Arthys