51 min •
Ce docu n'a pas de note

Portrait tout en nuances de Joseph II (1741-1790), souverain visionnaire, qui, considéré par certains comme l’archétype du despote éclairé, marquera l’histoire et les esprits.

Quatrième enfant et premier fils de Marie-Thérèse d’Autriche, Joseph II voit le jour le 13 mars 1741 dans un empire en proie à des conflits internes et externes ; il est l’héritier masculin qui permettra à sa mère d’affirmer sa légitimité et son autorité. Son père François Ier lui garantit l’accès à une éducation libre et ouverte. Du haut de ses 22 ans, il couche sur le papier dans ses Rêveries sa volonté de s’attaquer aux piliers de la monarchie d’alors : le clergé et la noblesse. Pour lui, influencé par les Lumières, la souveraineté n’est pas de droit divin : elle vient du peuple. Élu à la tête du Saint Empire à la mort de son père, il modernise la médecine. Pragmatique, il sent l’importance politique et économique d’une réforme de l’État. Il lui faudra attendre encore quinze ans pour pouvoir réaliser ses ambitions. Il partage en effet le pouvoir avec sa mère, qui craint de le voir détruire, par sa hâte, l’œuvre de sa vie…

Fièvre réformatrice

À la mort de Marie-Thérèse en 1780, les réformes menées par Joseph s’accélèrent : tolérance religieuse, refonte en profondeur de l’Église et de l’administration… Saisi d’une sorte de fièvre réformatrice, il proclame un nombre étourdissant d’édits, intervenant dans tous les domaines. Mais la noblesse résiste, et l’agitation révolutionnaire grandit. Il devra annuler la plupart de ses décrets, et meurt seul et rongé par le chagrin à l’âge de 48 ans. Ponctué de nombreuses interviews (notamment d’Élisabeth Badinter) et études picturales, ce docu-fiction richement illustré retrace la trajectoire hors norme d’un souverain en avance sur son temps, dont les réformes ont jeté les bases des grandes transformations du XIXe siècle.

Documentaire de Max Jacobi disponible jusqu’au 15/05/2022.