51 min
Comment une modeste enseigne piémontaise a-t-elle conquis les vestiaires du monde entier, allant jusqu’à se glisser dans le dictionnaire des noms communs ? Formé dès l’âge de 12 ans auprès de chapeliers italiens et français, Giuseppe Borsalino, associé à son frère Lazzaro, fonde son atelier de confection en 1857. Entrepreneur avisé, il s’équipe de machines de pointe et traque le meilleur poil de lapin en Australie. En 1869, le député Cristiano Lobbia dénonce la corruption devant le Parlement et prend un coup de canne sur son chapeau melon. Borsalino en profite pour sortir le mythique Fedora, fendu et en feutre mou. L’exposition universelle de Paris constitue un tournant pour la marque : elle remporte le Grand Prix 1900, synonyme d’explosion des ventes.