Une enquête glaçante sur la menace que représentent les groupes violents d’extrême droite aux États-Unis. Se revendiquant comme des défenseurs de la Constitution, ceux-ci s’avèrent en fait liés à des idéologies anti-gouvernementales, racistes et criminelles.

À 20 ans, moustache prépubère et tenue paramilitaire, le chef de file de la milice d’extrême droite Boogaloo Bois en Virginie l’affirme : « Le temps de la paix est révolu. [&;] Nous avons compris que la mort était une réalité : nous voulons seulement que la nôtre compte. » Parmi ces groupes, présents depuis de nombreuses années aux États-Unis, « patriotes » revendiqués et traditionnellement proches des idées du Parti républicain, les Boogaloo Bois sont les nouvelles figures de proue d’une radicalisation de la société civile. Des heurts de Charlottesville, en 2017, où un suprémaciste blanc fonça avec sa voiture sur une foule de manifestants antiracistes, tuant une personne et en blessant des dizaines, jusqu’à l’assaut sur le Capitole du 6 janvier 2021, qui tétanisa le monde entier et causa la mort d’un officier de police et de quatre émeutiers, les quatre années de la présidence de Donald Trump furent marquées par la violence de ses partisans fanatisés. L’aboutissement d’une politique complice et permissive menée depuis le bureau ovale.

Jusqu’au-boutisme

En association avec le journaliste Adam Clay Thompson, de l’organisme d’investigation indépendant ProPublica, et le Centre de journalisme d’investigation de l’université de Berkeley, le réalisateur Richard Rowley a passé trois ans à documenter la montée de la violence au sein de l’ultradroite. Les enquêteurs ont identifié des membres de ces réseaux et sont entrés en contact avec eux. Fruit d’un travail minutieux, le documentaire met ainsi en lumière les liens entre milices et forces armées américaines, ainsi que la responsabilité du quarante-cinquième président des États-Unis, lequel, en refusant de condamner immédiatement les actes perpétrés et en exprimant sa sympathie à l’égard des militants d’extrême droite, offrit un blanc-seing au déchaînement de la violence. Une plongée glaçante dans une idéologie radicalisée, dont les effets mortifères n’en seraient qu’à leurs prémices. Selon plusieurs sondages, un tiers des partisans républicains, échaudés par une élection qu’ils considèrent comme « volée », pensent désormais que la violence « peut être nécessaire pour restaurer la démocratie ».

Documentaire de Rick Rowley (États-Unis, 2021, 1h20mn)
disponible jusqu’au 09/02/2023