88 min •
Ce docu n'a pas de note

En Europe, la mafia nigériane contraint de jeunes filles à se prostituer dès leur arrivée sur le continent. Entre poursuites judiciaires et accompagnement psychologique, récit d’une lutte internationale qui se heurte à des rites sacrés.

Comme de nombreuses Nigérianes rêvant d’un avenir en Europe, Princess Inyang Okonon s’est laissé abuser il y a vingt ans par des promesses fallacieuses. Dès son arrivée sur le continent, le piège de la prostitution forcée s’est refermé sur elle. À Aste en Italie, elle se bat aujourd’hui pour toutes celles qui, comme elle, se sont retrouvées manipulées par la mafia nigériane. Dans le refuge pour les victimes de trafic humain et sexuel qu’elle a fondé, l’ONG Project for the Integration and Welcoming of Immigrants accueille ces femmes, les assiste dans leurs démarches et les aide à dépasser leurs traumatismes. Princess Inyang Okonon s’emploie aussi à faire évoluer la situation au Nigeria. La coopérative qu’elle y a créée octroie ainsi des microcrédits aux jeunes filles, leur permettant de poursuivre leur scolarité pour envisager un futur dans leur pays. Cette militante sociale tente enfin de sensibiliser les prêtres aux conséquences désastreuses du rite occulte juju, qui lie les victimes à leurs trafiquants par un engagement.

Lutte contre la mafia

Entre le Nigeria, l’Italie et l’Allemagne, ce documentaire nous immerge dans le quotidien de celles et ceux qui luttent contre la mafia nigériane. En compagnie de Princess Inyang Okonon, de la procureure italienne Lina Trovato, spécialisée dans les affaires de trafic humain, et du policier allemand Colin Nierenz, membre de la commission d’enquête de Duisburg, le film donne la parole aux victimes de cette prostitution forcée, lesquelles livrent un récit bouleversant, mais aussi plein d’espoir.

Documentaire de Chiara Sambuchi disponible jusqu’au 06/06/2022.