52 min •
Ce docu n'a pas de note Pour la Coupe du Monde de football, en Allemagne, on prévoit un afflux d’au moins 40 000 prostituées. Pour l’essentiel, ce sont des « filles de l’Est ». L’une des plaques tournantes du trafic de femmes est la Turquie. Ce pays est devenu le premier marché de femmes des pays de l’Est : Moldaves et Ukrainiennes en majorité. Volontaires pour un travail de serveuse ou de danseuse, leur passeport a été confisqué par leur « patron » dès leur arrivée. Emprisonnées dans un hôtel minable, sans argent, souvent battues et violées, toujours menacées, elles sont forcées de satisfaire plus d’une dizaine de clients chaque jour. A Chisinau, la capitale de la Moldavie, l’un des pays les plus pauvres de l’ex Bloc soviétique, de nombreuses jeunes femmes, parfois même mineures, disparaissent chaque année. Officiellement, elles sont parties en Turquie avec un visa de touriste et des promesses d’embauche… Carmen est l’une d’entre elle. Elle vient de rentrer chez elle, bouleversée à jamais. Après de longs mois en captivité aux mains d’un proxénète, elle a retrouvé la liberté, mais elle a été échangée contre sa sœur, Natalia, par le trafiquant qui l’exploitait. Carmen a décidé de retourner en Turquie pour libérer Natalia. Notre équipe l’a accompagnée, en caméra cachée. Au terme de plusieurs semaines d’enquête, nous avons découvert les réseaux de proxénètes turcs et moldaves. Natalia, la sœur de Carmen, a fini par leur échapper … Documentaire réalisé par Eric Lehnisch.