00 min •
1/5 (1)


Avez-vous déjà pensé aux meilleurs placements financiers pour 2022 ? Travailler pour gagner de l’argent c’est bien, mais pouvoir faire fructifier l’argent gagné est indispensable. Cela permet de diversifier ses revenus et penser sur le long terme. Il existe de nombreux moyens pour exploiter votre argent. Mais l’idée est bien évidemment de trouver les moyens les plus fiables et les plus rentables. Nous vous présentons donc ici les 10 meilleurs placements financiers 2022.

1) Investissement en assurance-vie fonds en euros & ETF

En 2015, 44% des Français disposaient d’une assurance-vie ou épargne retraite. En 2018, le chiffre est passé à 45%. Le fait est que l’assurance-vie est LE placement financier de référence. Pour rappel, il s’agit d’une forme d’assurance qui permet le versement d’une somme à l’arrivée du terme du contrat ou en cas de vie du contractant.

Assurance-vie c’est quoi déjà ?

C’est une forme de livret d’épargne très intéressante pour diverses raisons. Tout d’abord, le mode de versement de cotisation est variable : sous forme de capital ou périodiquement (mensuel, trimestriel ou même annuel). Ensuite, l’assurance-vie offre une fiscalité avantageuse. En effet, dès la 8ème année, vous serez exonéré d’une partie de l’impôt qui y est rattaché.

Les fonds en euros

Il faut noter qu’il existe diverses formes d’assurance-vie. Il y a tout d’abord l’assurance vie fonds en euros. Le fond en euros est tout simplement le support financier d’un contrat d’assurance-vie. Son avantage ? Le capital investi est garanti. Le risque de perte est donc très limité. L’inconvénient ? Contrairement à d’autres types d’investissement ou placement financier, ce type d’assurance vie ne permet pas de gagner beaucoup.

ETF, les unités de comptes

Ensuite, à côté des fonds en euro, il y a les unités de compte. Ce terme regroupe différents actifs sur lesquels il est possible de placer de l’argent dans un contrat d’assurance-vie. Parmi ces actifs, on peut citer l’ETF ou trackers. L’avantage des ETF est qu’il est facile d’accès. Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un fond important pour investir. D’ailleurs, les frais de gestions sont très bas. Car oui, vous n’avez pas forcément besoin d’une connaissance avancée dans le marché financier pour vous lancer dans l’ETF. Néanmoins, même si l’ETF peut s’avérer plus rentable, il n’est pas dénué d’un risque certain. Ce risque peut se répercuter sur votre capital.

2) Investissement en bourse (PEA et CTO)

En 2017, des recherches ont montré que 8,7% des Français détiennent des actions. Cela étant dit, ce chiffre était nettement plus élevé en 2008. Ils étaient plus de 16% soit le double. Néanmoins, ce chiffre présente une petite hausse par rapport à 2016 qui était de 7,6%. Dans le domaine financier, lorsqu’on parle d’action, on pense systématiquement à la bourse. La bourse est une plateforme de placement financier rentable, mais qui présente tout de même divers risques.

Qu’est-ce que la bourse

Pour faire simple, la bourse est un marché sur lequel se rencontrent les vendeurs (offre) et les acheteurs (demande). En gros, il existe 4 marchés boursiers : le marché de taux, le marché des devises, le marché de matières premières et enfin le marché des actions. Il y a donc de nombreuses possibilités d’investissement. Néanmoins cela implique également beaucoup de paramètres à prendre en compte. D’ailleurs, l’investissement boursier comporte des risques de perte sérieux. La connaissance de diverses règles liées à ce domaine permet tout de même de minimiser les risques.

Le PEA ou Plan D’épargne en Action

Doté d’un versement maximal plafonné, le plan d’épargne en action est une enveloppe qui vous permettra d’accueillir les actions que vous aurez acquises. Cette enveloppe est dotée d’un compte-titre pour les actions et un compte espèces pour l’argent qui vous permettra d’acheter ces titres. Ce placement comporte de nombreux avantages : c’est facile à ouvrir, après 5 ans votre gain net sera exempté d’impôt sur le revenu, après 8 ans vous pourrez recevoir une rente viagère non imposable à l’impôt sur le revenu,… Il faut tout de même savoir que le PEA comporte certaines restrictions liées aux titres pouvant être détenus (restrictions géographiques notamment). Le PEA ne peut être détenu que par une seule personne physique (non accessible aux personnes morales).

Pour souscrire à un PEA vous pouvez soit aller auprès d’une banque (PEA bancaire) soit auprès d’une assurance (PEA assurance).

Compte-titres ordinaires ou CTO

Le CTO constitue également l’un des moyens idéaux pour gérer son investissement en bourse. Son premier avantage est qu’il ne comporte aucune restriction s’agissant des titres pouvant être acquis. S’ajoute à cela, le versement n’est pas plafonné contrairement au PEA.

Le CTO peut être détenu par une seule personne, par 2 personnes ou par un nombre illimité de personnes en fonction du type de CTO ouvert. À noter qu’il est possible d’ouvrir plusieurs CTO. Les Compte-titres ordinaires sont idéaux pour les investissements à court terme, car vous pouvez vous retirer à tout moment contrairement au PEA dans lequel les investissements sont bloqués pendant au moins 5 ans. Graine d’investisseur propose un comparatif du meilleur CTO.

3) Investissement immobilier physique

Selon les sondages, à côté de l’assurance-vie, l’immobilier est l’investissement préféré des Français. En effet, de manière générale, nous, investisseurs, recherchons avant tout des placements peu risqués. Et les 2 placements précités semblent correspondre le plus à ce critère.

C’est un fait et sauf quelques exceptions (dégradations du bien par exemple), l’investissement immobilier ne craint pas les conjonctures économiques et perd rarement de valeur. De plus, un bien immobilier est très facile à exploiter. Il peut devenir rapidement une source de revenu passif. Et enfin, un bien immobilier bien entretenu constitue un excellent investissement sur le long terme. Il permet donc d’envisager sereinement votre retraite.

4) Investissement immobillier LMNP

Pour un particulier, le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) s’acquiert en mettant en location un bien meublé à usage d’habitation. Les résidences gérées y sont également incluses. De manière générale, il intéresse les personnes ayant l’intention d’effectuer des investissements locatifs. Voici les étapes : acheter ou construire un bien immobilier ; le meubler ; le mettre en location.

Ce statut comporte en fait de nombreux avantages : amortissement du bien mis en location, récupération de la TVA, réduction d’impôt, délégation de la gestion locative. L’acquisition de ce statut est d’ailleurs assez simple.

5) Investissement immobillier Pinel

Pour pallier le manque de logement, les autorités françaises ont mis en place diverses dispositions. Parmi celles-ci, on peut notamment citer la Loi Pinel. De manière générale, l’idée est d’accorder une réduction d’impôt pouvant atteindre jusqu’à 63.000 euros. Le taux de réduction dépendra de la durée de la location. Vous avez le choix entre 6, 9 ou 12 ans.

Pour ce faire, il faudra tout d’abord investir dans un bien immobilier neuf en vue de le mettre en location. Le bien doit être loué à usage d’habitation principale. Le locataire doit présenter des revenus annuels se trouvant en dessous d’un certain seuil. Pour pouvoir se prévaloir de la loi Pinel, il est également nécessaire de se retrouver dans les zones éligibles à savoir les zones A, A bis et B1. Pour en savoir plus, rendez-vous sur wikipedia.

6) Investissement groupe forestier

Avez-vous déjà pensé à investir en forêt ? C’est tout à fait possible avec les Groupements Forestiers d’investissement. L’idée est la suivante. Investir dans un massif forestier ou dans un terrain à boiser afin de l’améliorer, l’équiper et l’exploiter. Il faudra tout de même un minimum de 5 hectares pour que cet investissement soit réalisable.

Cela étant dit, les massifs forestiers ou les terrains à boiser les plus intéressants ne sont pas forcément accessibles aux simples particuliers en raison de leurs coûts élevés. Il est donc possible de faire appel à un groupement forestier d’investissement. Il s’agit ici d’une société civile qui recueillera les parts de chaque investisseur. Elle va alors les réunir dans le but d’acheter un massif forestier. La gestion de cette forêt sera donc à la charge de ce groupement pour une durée minimum de 15 ans.

L’investissement en groupement forestier est intéressant sur plusieurs points. Tout d’abord, il s’agit ici d’un investissement sécurisé et parfaitement en faveur de l’environnement. Tout comme avec les placements collectifs tels que la SCPI, vous n’aurez pas besoin de moyen financier élevé. En plus, vous serez libre de toutes charges liées à la gestion de la forêt. Mais le principal avantage reste la fiscalité. Cet investissement offre une réduction d’impôt sur le revenu. Il vous offre la possibilité d’amoindrir la fiscalité liée à la succession. Et enfin vous bénéficierez d’un gain annuel s’agissant de l’impôt sur la fortune immobilière.

7) Investissement private equity / sociétés non cotées (défiscalisant)

L’investissement private equity c’est quoi déjà ? C’est tout simplement investir dans une société non cotée en bourse. Lorsqu’on parle de société non cotée en bourse, on fait notamment référence aux petites et moyennes entreprises (PME) mais également des entreprises de taille intermédiaire (ETI).

L’investissement private equity peut comporter plus d’avantages que l’investissement sur des sociétés déjà cotées en bourse. En effet, sur le papier, les PME et ETI vont encore évoluer, se transformer et se développer. Investir durant cette phase vous privera bien évidemment de bénéfices pendant une durée plus ou moins longue (5 à 8 ans). Mais les rendements seront potentiellement plus élevés que ceux obtenus sur les investissements boursiers.

Néanmoins, dans le cadre du private équity, le rendement élevé n’est pas forcement systématique. Et surtout, l’investisseur s’expose à une perte du capital investi.

Pour pouvoir investir dans une société non cotée, il faudra passer par des fonds communs de placement tels que FCPR, FCPI ou encore FIP. A noter que les 2 derniers à savoir le FCPI et le FIP offrent certains avantages fiscaux : réduction d’impôt sur le revenu de 18% à la souscription, exonération d’impôt sur les plus-values à la sortie du fonds (à condition de conserver des parts sociaux durant 5 ans au moins).

8) Investissement en cryptomonnaie

Cryptomonnaie ? C’est un terme devenu de plus en plus en vogue depuis ces 10 dernières années. Il s’agit ici d’un actif virtuel qui s’échange de pair-à-pair sans l’intermédiaire d’une banque ou d’une quelconque entité de confiance. Ces actifs permettent donc principalement de faire des transactions sur Internet. Ils sont d’ailleurs utilisés par de nombreuses plateformes en raison de leur fiabilité. Bien évidemment, certains pays restent encore réticents.

Tout comme les devises, il existe de nombreuses cryptomonnaies. On peut par exemple citer le Bitcoin qui est considéré comme la référence en la matière. Le cours du Bitcoin a connu de nombreuses variations. À ses débuts, 1 unité (btc) de cette cryptomonnaie ne dépassait pas les 100 euros. En 2022, sa valeur a pu atteindre plus de 50.000 euros pour ensuite diminuer en dessous de 30.000 euros. Il peut donc y avoir des changements imprévisibles. C’est la raison pour laquelle on dit que ces actifs sont volatiles. Investir dans un bitcoin peut donc être extrêmement intéressant. Mais cela présente des risques non négligeables. Pour acquérir vos bitcoins, 2 solutions s’offrent à vous : trader ou faire du minage.

9) investissement crowdfunding / crowdlending

Faire de l’investissement participatif est une bonne idée pour placer son argent. En général, c’est accessible à tous les budgets et cela présente un risque très limité. Le crowdfunding ainsi que le crowdlending figurent parmi ces investissements participatifs qui intéressent le plus le grand public actuellement.

Tout d’abord, le crowdfunding consiste en une méthode de financement des entreprises, faisant appel au public. Ce mode de financement permet généralement aux entreprises de ne pas passer par les investisseurs traditionnels tels que les banques. C’est la méthode de levée de fonds de prédilection des startups. L’investisseur aura donc l’occasion de faire accroitre le capital de l’entreprise qui organise le crowdfunding. Cet investissement lui donnera droit à des parts du capital social qui donnera éventuellement droit à des dividendes. La quantité du dividende reçu dépendra en principe de la performance de l’entreprise. Elle n’est donc pas forcément prévisible à l’avance.

Contrairement au crowdfunding, le crowdlending, est un financement participatif sous forme de prêt. Cette méthode de financement ne permet pas à l’investisseur d’acquérir des parts sociaux. Il s’agit ici d’un prêt généralement à court terme qui donne droit à des intérêts dotés de taux particulièrement intéressants. Ce taux peut aller jusqu’à 12%.

10) Investissement dans vous-même : formation, nouvel emploi

On pense souvent à investir sur des entreprises, sur des personnes ou encore sur des biens. Mais on pense rarement à investir sur soi-même. Et pourtant, c’est l’un des meilleurs moyens de placer son argent. Faire de nouvelles études, suivre des formations, acquérir de nouvelles compétences, trouver ou créer un nouvel emploi,… Il s’agit là de divers moyens d’investir sur sa propre personne. Et cet investissement à l’avantage d’être parfaitement fiable dans la mesure où vous vous lancez sérieusement dans votre projet.