43 min •
https://www.dailymotion.com/embed/video/x5eo404 En 1922, l’archéologue britannique Howard Carter et lord Carnarvon, qui a financé ses recherches, découvrent dans la Vallée des Rois le tombeau de Toutankhamon, un jeune pharaon inconnu. Miraculeusement épargné par les pilleurs de tombes, le site recèle un formidable trésor. Les deux hommes s’étaient associés dès 1905, mais ils n’avaient pas pu entamer les fouilles car la concession appartenait à un riche collectionneur américain, Theodore Davis. En 1912, celui-ci, persuadé que le site ne pouvait plus rien contenir, avait quitté les lieux, laissant la place libre à Carter et Carnarvon. Si quelques brèves reconstitutions (plutôt réussies) de l’époque pharaonique viennent épicer la narration, le documentaire s’attache d’abord à décrire les conditions dans lesquelles Howard Carter a cherché puis découvert le tombeau. C’est la bonne idée de cette série : plutôt que de se lancer sur les terres rebattues de l’égyptologie, elle s’ingénie à décrire la vie des découvreurs du XIXe siècle et du début du XXe. Personnage renfrogné, peu affable, méprisant l’argent et la renommée, ­Howard Carter fut une sorte de moine archéo­logue. Ses relations avec la presse (qui ­parlait déjà de la malédiction) ou avec le Français Pierre Lacau, directeur du ­service des antiquités égyptiennes au Caire, furent exécrables. Incapable du moindre compromis, mais assez têtu pour continuer ses recherches là où tout le monde aurait jeté la pioche, bref, un caractère attachant. Carter n’entra dans la ­légende de l’archéologie qu’après sa mort.