55 min
Echelon est un nom de code utilisé pendant de nombreuses années par les services de renseignements des États-Unis pour désigner une base d’interception des satellites commerciaux. Par extension, le Réseau Echelon désigne le système mondial d’interception des communications privées et publiques (SIGINT), élaboré par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans le cadre du traité UKUSA. Le réseau Echelon est géré conjointement par les services de renseignements des États membres du UKUSA : la NSA (National Security Agency) pour les États-Unis qui en est le principal contributeur et utilisateur ; le GCHQ (Government Communications Headquarters) pour le Royaume-Uni ; le CST (Centre de sécurité des télécommunications) pour le Canada ; la DSD (Defence Signals Directorate) pour l’Australie ; le GCSB (Government Communications Security Bureau) pour la Nouvelle-Zélande. C’est un réseau global, appuyé par des satellites artificiels, de vastes bases d’écoutes situées aux États-Unis, au Canada (à Leitrim), au Royaume-Uni (à Morwenstow), en Australie (à Pine Gap) et en Nouvelle-Zélande (à Waihopai), des petites stations d’interception dans les ambassades, et le sous-marin de classe Seawolf USS Jimmy Carter, entré en service en 2005 pour écouter les câbles sous-marins de télécommunications. Il intercepte les télécopies, les communications téléphoniques, les courriels et, grâce à un puissant réseau d’ordinateurs, est capable de trier en fonction de certains termes les communications écrites et, à partir de l’intonation de la voix, les communications orales.