14 min •
En France, 1,5 millions de personnes seraient accumulateurs compulsifs. Certains entassent seulement quelques objets quand d’autres vivent dans un véritable capharnaüm. Bouteilles, ordures, livres par milliers, les malades les plus graves ne demandent aucune aide pour s’en sortir. Ils sont atteints d’un syndrome qui porte un nom : « Diogène ». Pour découvrir qui sont ces français qui vivent dans le déni, nous suivrons le Docteur Huguenot. Psychiatre à la Mairie de Paris, elle suit une cinquantaine de patients sur les 2000 que compte la capitale. Avec elle nous découvrirons également les différences entre syndrome de Diogène et grosse dépression entrainant un grave laisser aller. Le Docteur Huguenot est souvent le dernier lien entre des malades isolés et le monde extérieur. Les « Diogènes » empoisonnent la vie de leurs voisins, dégradant parfois les parties communes lorsqu’ils sont en immeuble, et font de leurs logements des lieux insalubres et dangereux. Lorsque la situation devient insupportable, les services sociaux peuvent demander un nettoyage forcé de l’habitation. La désinfection et le nettoyage en profondeur, Hubert en a fait sa spécialité. Nous le suivrons en intervention chez un « Diogène ». Gants, combinaison et masque, sont alors de rigueur. Un documentaire d’EDOUARD MOUNIER ET ANNE-LAURE GUERIN.