76 min •
La crise bancaire et financière de l’automne 2008 est la seconde phase de la crise financière de 2007-2010, après la crise des subprimes de l’été 2007 et le temps fort de la crise économique mondiale de 2007-2009. Cette seconde phase, marquée par un accroissement de la crise de liquidité et de la crise de confiance et un renchérissement supplémentaire du crédit par une augmentation du taux interbancaire, touche tous les pays du monde. Elle s’est rapidement répercutée sur les marchés boursiers par une chute des cours (certains parlent du « krach de l’automne 2008 »), tandis que le resserrement du crédit pour les entreprises et les ménages pèse sur l’activité économique mondiale. Les gouvernements et banques centrales ont réagi de manière plus ou moins concertée à un début de crise systémique, avec l’objectif à très court terme de maintenir la continuité du système de paiements et du marché interbancaire qui auraient été très affectés par la faillite de plusieurs grandes banques. À cette fin, les banques centrales ont abaissé leurs taux directeurs et la Fed a élargi sa prise en pension de titres à des actifs risqués ; le gouvernement des États-Unis a repris via une structure de défaisance une partie des « actifs toxiques » détenus par les banques (première phase du Plan Paulson) ; des États ont élargi leur garantie des dépôts des particuliers et ont partiellement nationalisé des institutions bancaires en faillite ou proches de l’être (en particulier au Royaume-Uni, où huit banques ont été concernées). Les pays les plus exposés à la crise, en particulier parce qu’ils sont endettés en monnaie étrangère comme l’Islande et l’Ukraine, ont connu une forte dévaluation de leur monnaie et sont entrés dans une situation de cessation de paiement, qu’une aide financière du FMI a résolue.