51 min •
Ce docu n'a pas de note Généralement, mythes, documentaires et films commerciaux nous décrivent les requins comme des monstres sanguinaires, «mangeurs d’hommes.» Depuis des siècles, ces créatures exercent sur l’être humain peur et fascination. Le 12 février 2006, le monde littéraire américain a perdu une de ses figures symboliques en la personne de Peter Benchley, auteur du bestseller “Jaws” paru en 1974 et adapté en film en 1975 par Steven Spielberg. Le cinéaste était certainement loin d’imaginer la vague de psychose et de terreur que son film allait engendrer. Bien involontairement, il a métamorphosé un animal méconnu et mal-aimé en ennemi aquatique numéro 1. La machine “Jaws” était en route. Il fallut plusieurs années à certains pour qu’ils puissent oser voir le film en entier. Tous étaient hypnotisés et horrifiés. Depuis cette époque, notre inconscient regorge d’ailerons, de dents tranchantes, de blondes poitrinaires hurlantes et agonisantes, de beaux gosses déchiquetés et d’eaux troubles ! Nos rêves se peuplèrent de plus en plus fréquemment de squales, de morts toutes plus atroces les unes que les autres, d’une angoisse viscérale qui nous met face à nos craintes les plus primitives, la peur d’être dévoré vivant, la peur d’être attaqué par quelque chose que l’on ne voit pas venir, la peur d’être sans défense. Des images qui nous ramènent au temps où l’homme était une proie. La parution du livre de Peter Benchley eut comme autre conséquence la quasi-disparition du grand blanc. Se sentant responsable, l’auteur se lancera alors dans une campagne de réhabilitation des squales qui durera jusqu’à son dernier souffle. Richard Ellis, spécialiste des requins et ami de Peter Benchley analyse l’effet dévastateur des « Dents de la Mer » dans notre perception des requins. Si les attaques de requin sont rares, elles font toujours la une des journaux ! Peurs collectives, diabolisation…Nous présentons dans ce premier épisode le regard que portent les hommes sur le super prédateur. Tueurs foudroyants pour les uns, mâchoires du diable pour d’autres, depuis des millénaires les requins effraient et inspirent une peur abyssale. Pourquoi et quelles sont les origines de ces peurs ? Appartiennent-elles au domaine du fantasme ou à la réalité ? John Magnusson est psychologue. Il consacre ses recherches à déterminer l’image du requin dans la psychologie humaine. Il nous explique les fondements de la terreur que génèrent ces prédateurs en décryptant les portraits qui sont publiés dans la presse ou la littérature populaire. Deux remarques émergent : le requin y est trop souvent assimilé au seul et terrifiant grand requin blanc ; la ligne éditoriale de ces portraits est celle du sensationnel, loin de toutes considérations objectives. L’Afrique du Sud détient avec l’Australie le record des attaques de grands blancs même si elles restent très rares. Avec Georges Burgess, conservateur du « Fichier International des Attaques de Requins » nous découvrirons la réalité des chiffres.