26 min •
Ce docu n'a pas de note « La marche », réalisé par Nabil Ben Yadir en 2013, retrace l’histoire de la marche de Marseille à Paris organisée par des jeunes de Vénissieux en 1983 pour dénoncer les crimes racistes et les violences policières dont ils étaient victimes… Philippe Collin propose de revenir aux sources de cette marche pour l’égalité, surnommée alors « marche des beurs » par les médias. Au début des années 1980, l’exode vers le rêve pavillonnaire a laissé sur le carreau la population la plus pauvre du quartier des Minguettes, près de Lyon. Comme les autres garçons de leur âge, Toumi Djaïdja et Djamel Attalah, ont grandi là. Cette cité n’est pas seulement leur foyer mais aussi le seul bout de France qui leur a été rendu accessible. Entre 1981 et 1983, la France connaît une série de crimes racistes et voit monter l’extrême-droite. Les affrontements avec les forces de l’ordre sont de plus en plus fréquents. Un soir de 1983, un policier tire sur Toumi Djaïdja, qui frôle la mort. De retour aux Minguettes, il propose de faire usage d’une arme jusqu’alors inconcevable chez les jeunes : la non-violence, et lance l’idée d’une marche pacifique entre Marseille et Paris… À travers la collection « D’après une histoire vraie », Philippe Collin (Personne ne bouge !) propose de revenir aux sources d’histoires méconnues, dont le cinéma s’est emparé. Commentaire alerte, montage dynamique, richesse des archives : du combat de l’abbé Pierre, qui renvoie de façon saisissante aux mal-logés du présent, aux luttes des ouvrières de l’automobile de Dagenham, du militant pour les droits des homosexuels Mark Ashton à Lucie Aubrac, les huit épisodes de la collection rappellent, sans effets de manche, que la résistance individuelle peut devenir l’affaire de tous. Documentaire disponible jusqu’au 23/09/2021.