45 min •
  Retour sur le film «Apollo 13» de Ron Howard, avec les témoignages des protagonistes de la mission qui devait envoyer des hommes se poser sur la face cachée de la Lune. Le 11 avril 1970 à 13h13, la mission Apollo 13 décolle. Deux jours plus tard — le 13, donc —, une explosion endommage le module de service, la partie du vaisseau qui contient le carburant et l’oxygène. Désormais, plus question de marcher sur la Lune. Pour les trois astronautes, il s’agit de retourner sur Terre. Un « problème » qui vire au casse-tête ; pour survivre, ils doivent bricoler, installer des filtres à air cubiques dans des emplacements cylindriques. Chaque étape de la mission est commentée par les protagonistes : les astronautes Jim Lovell et Fred Haise ; les membres de l’équipe technique au sol. Avec, en plus, une vulgarisation scientifique de qualité, marque de fabrique de cette série documentaire. Entre deux expériences sur les effets du froid, on apprend que, dans son film, Ron Howard a « dramatisé » certains événements (les dissensions au sein du vaisseau, notamment). Grâce aux archives de la Nasa, aux conversations radio d’origine et à quelques extraits du long métrage, le documentaire parvient, comme un concentré, à en recréer la tension et la mélancolie. Le témoignage de Fred Haise est vraiment émouvant. Plus de quarante ans après, on sent encore l’infinie déception d’un homme qui a vu, littéralement, son rêve lui échapper — le vaisseau a survolé la face cachée avant de rejoindre la Terre. Lui et ses deux camarades sont rentrés sains et saufs, mais ils ont « perdu la Lune ».