1/5 (1) Quelles sont les étapes du deuil ?

Généralement rattaché à la mort, à la perte et au changement, le deuil est un triste évènement qui ébranle l’esprit, le corps ainsi que les rapports avec les autres. Bien qu’il soit une expérience universelle, il ne se vit pas de la même manière par tous. En effet, à la mort d’un proche ou de l’être aimé, chaque personne arrive à encaisser cette perte à sa façon. Retrouvez dans la suite, les différentes phases du deuil.

Le déni

Phase initiale des différentes étapes du deuil, le déni est une réaction qui est marquée par le refus de croire en la mort de l’être cher. Durant cette courte phase, mais intense, la raison ainsi que les émotions semblent engourdies. De plus, un mécanisme de défense se met en place pour permettre à la personne de réaliser ce qui se passe réellement, en rendant la situation plus tolérable. C’est ainsi que la souffrance du deuil finit par être anesthésiée.

Vous êtes en pleine préparation des obsèques d’un être cher et recherchez un funérarium ? Faites un tour sur cette plateforme https://georgesetfils.be/ ou sur celle-ci https://funekerf.be/ pour déléguer l’organisation complète à des professionnels.

La colère et le marchandage

Lorsque le déni finit par s’estomper, la colère, la rage et le ressentiment prennent place. Derrière ces réactions se cachent des pleurs non exprimés ainsi que du chagrin. La colère est une manifestation du sentiment d’injustice légitime que la personne ressent face à la perte qu’elle a subie.

Par ailleurs, durant cette étape, le marchandage fait surface. La personne en deuil essaie de minimiser la perte en essayant de négocier de façon irréaliste. En effet, cette dernière peut croire qu’une action peut être mise en œuvre pour rétablir la situation ou pour éviter la souffrance qu’elle ressent.

La résignation

Après l’expression des émotions résultant du deuil et l’échec de la négociation, la résignation est l’étape suivante. Durant cette phase, la personne éplorée peut éprouver une perte morale ou d’appétit. Elle peut également ressentir une fatigue prolongée, avoir des idées noires et être irritable.

Des troubles de la libido ou de la concentration ainsi qu’une perte d’intérêt pour des choses qu’on avait l’habitude de faire sont des manifestations de la résignation. Plus la personne endeuillée arrive à écouter et à exprimer ses besoins durant cette étape du deuil, mieux l’acceptation se passera. De cette manière, elle fera un pas dans la direction de la résilience.


La reconstruction et l’acceptation

Ces phases ne sont pas des moments où la douleur disparait, mais plutôt une étape durant laquelle la personne qui souffre de la perte décide de s’ouvrir à nouveau aux autres et de participer aux activités. Cependant, elle fait tout cela dans le but d’échapper à la douleur. C’est ainsi que commence la reconstruction. La personne déprimée recherche des moyens pour éliminer sa peine.

L’étape finale du deuil est l’acceptation. L’attristé finit par se rendre compte que la réalité ne peut plus être changée. Il s’autorise enfin à vivre sans l’autre et à revivre après le deuil. La douleur et la tristesse seront toujours présentes, mais on peut vivre le souvenir de la personne disparue.