5/5 (1) Maillot de bain menstruel : l’alternative sans danger aux tampons

Pour comprendre tout l’intérêt du maillot de bain menstruel, il faut revenir quelques années en arrière. Le documentaire choc “Tampon, notre ennemi intime” a été diffusé sur France 5 pour la première fois en 2017. Ce film, réalisé par Audrey Gloaguen, a provoqué un scandale en raison du flou qui existe sur la composition des tampons hygiéniques. Le documentaire a révélé la présence de nombreux composants chimiques et potentiellement dangereux dans les tampons : dioxydes, phtalates ou encore furanes.

Les atouts et limites des culottes menstruelles

Depuis la diffusion du documentaire, toutes ces révélations ont eu d’importantes retombées sur la perception qu’a l’opinion publique des tampons. La médiatisation de plusieurs cas de syndrome du choc toxique ont également participé à cette prise de conscience générale. Beaucoup de femmes ont cherché à se tourner vers des protections saines pour le corps et aussi moins polluantes pour l’environnement. La culotte menstruelle est alors apparue comme l’alternative fiable et sans danger. Aucune substance douteuse n’entre dans sa composition et elle est réutilisable pendant des années.

Si les protections lavables telles que les shortys, culottes, et tangas de règles ont su bouleverser le marché des protections périodiques, les tampons semblent rester pourtant indispensables dans certains cas. La pratique de sports aquatiques et les baignades estivales en font partie. En effet, le port d’un maillot de bain au contact direct de l’eau réduit les possibilités en matière de protection absorbante. Bien sûr, la coupe menstruelle est une alternative plus sûre que le tampon, mais certaines ne sont pas à l’aise avec les manipulations qu’implique la cup, notamment les adolescentes et jeunes filles.

L’innovation autour du maillot de bain spécial règles

Ces derniers mois, plusieurs fabricants de culottes menstruelles ont décidé d’innover pour proposer une déclinaison sous la forme de maillots de bain menstruels une ou deux pièces. Le maillot de bain menstruel fonctionne sur le même principe que la culotte de règles : il intègre une protection absorbante multicouche à l’entrejambe. Les tissus qui la composent absorbent le sang et un textile imperméable permet de le retenir pour qu’il n’y ait pas de fuite.

Le principe de base sur lequel repose le maillot de règles permet certes de ne pas porter de tampon, mais comporte des limites. Le maillot de bain menstruel va effectivement pouvoir retenir le flux menstruel, celui-ci étant plus visqueux que l’eau. Cependant, la quantité ne pourra pas être celle d’un flux moyen ou abondant. C’est pourquoi la plupart des marques recommandent de porter le maillot de bain menstruel seulement en cas de flux léger, c’est-à-dire au début et à la fin des règles.

Comment Smoon a révolutionné le maillot de bain menstruel

Heureusement, la marque française Smoon a décidé de pousser le concept du maillot de bain menstruel plus loin. Elle souhaite répondre entre autres à la problématique que rencontrent de nombreuses adolescentes qui pratiquent la natation et ne souhaitent pas utiliser de tampon pendant leurs règles. La marque a créé un maillot de bain menstruel une pièce avec, en plus d’un insert absorbant, des joints en silicone autour des jambes. Ce maillot est proposé sur le site web de la marque en version adulte et ado.

Les joints étanches sont essentiels, ils empêchent le sang de couler le long des jambes. De plus, l’étanchéité est assurée par une doublure qui tapisse toute la partie culotte du maillot de bain de règles. Ce modèle, adapté aux flux abondants, est une vraie révolution. Il permet de pratiquer n’importe quel sport aquatique pendant ses règles, en toute sécurité. Il y a fort à parier pour que les marques conçoivent des maillots de bain menstruels toujours plus performants dans les années à venir.