42 min •
\r\nÀ l’époque punique, la région ne tarde pas à devenir l’une des parties les plus fertiles du domaine agricole carthaginois. Avec la domination romaine apparaît une agglomération urbaine : Pupput. Sous les Romains, elle connaît un développement remarquable : de simple vicus, elle accède au rang de colonie honoraire (Colonia Aurelia Commoda) sous le règne de l’empereur Commode entre 185 et 192. Cité de Byzacène, elle se trouve au carrefour de deux axes routiers : l’un relie la côte orientale à la plaine céréalière de Thuburbo Majus et l’autre part de Carthage et longe le littoral jusqu’à Leptis Magna (actuelle Libye). Dès lors, la cité jouit des institutions municipales romaines et se pare des monuments caractéristiques de la cité romaine. Mais « la plus grande partie du site gît désormais sous les fondations des grands hôtels qui envahissent la côte. Les rares vestiges archéologiques sauvegardés par l’Institut national du patrimoine ne peuvent en aucun cas donner une idée, même très approximative, de la topographie générale du site ». Parmi ces vestiges figurent des adductions d’eau, des réservoirs, des demeures et autres édifices pavés en général de mosaïques mais surtout des thermes romains. Ces derniers justifient le nom actuel de la ville — devenu sous les arabes hammamet qui est le pluriel de hammam — qui correspond à l’utilisation que les Romains en avaient fait depuis l’Antiquité et que poursuivent après eux les habitants successifs. Ils attestent du degré de civilisation que cette cité atteint à son époque. La découverte récente, sur le site de Pupput, de la plus grande nécropole romaine d’Afrique pallie la rareté des textes et éclaire d’un jour nouveau le passé de la cité.