13 min •
0/5 (1)

Ils prennent le pouvoir dans la famille, imposent leurs volontés et explosent de rage à la moindre contrariété : les enfants tyrans. Souvent considéré comme un défaut d’éducation de la part des parents, le comportement tyrannique permanent de ces enfants porte le nom de TOP : Trouble oppositionnel avec provocation. Avec ces enfants surnommés  » tyrans  » aucune punition ne fonctionne et l’autorité est sans cesse défiée, peu importe que les parents soient engagés dans leur éducation. Depuis quelques années, une prise de conscience s’est opérée dans le milieu médical pour soutenir les parents et aider l’enfant à gérer ses émotions et calmer ses réactions. Certains hôpitaux proposent aujourd’hui des groupes de paroles pour les parents désespérés, à bout de nerfs, atteints psychologiquement par les réactions et le comportement d’un enfant qui transforme le quotidien en lutte permanente. Nous avons suivi des parents qui se battent au quotidien pour canaliser l’humeur de leur enfant. Parmi eux Marion, 40 ans. Cette toulousaine, commerciale est la maman d’une fillette de 11 ans diagnostiquée, depuis ses 18 mois, enfant tyrannique. Malgré une éducation stricte et des barrières posées sans excès, la famille vit l’enfer depuis maintenant 10 ans. Zoé est irritable, refuse toute autorité, et est perpétuellement en conflit avec ses parents. Elle ne supporte aucune frustration. La vie est devenue tellement insupportable pour les deux parents qu’ils ont même envisagé de se séparer afin d’avoir la paix une semaine sur deux. Pour eux et leur dernier petit garçon de cinq ans, la vie est un enfer, plus de vacances, plus de sortie et une boule au ventre en permanence. Ce n’est que depuis l’année dernière, depuis leur formation au CHU de Montpellier, le seul centre a proposer une aide à ces parents démunis, qu’ils peuvent enfin un peu souffler. Zoé est traitée pour ses troubles, il y a de l’amélioration. Mais pour autant, ils ne sont pas encore sortis de l’enfer…