49 min •
Au Brésil, de nombreuses communautés sont le long des rivières du bassin Amazonien. On appelle les habitants de ces villages reculés les Ribeirinhos : ceux qui vivent sur les berges. Là-bas, on dit d’une femme enceinte qu’elle a un pied. Sans eau courante, sans électricité, sans assistance médicale, ces jeunes mères s’en remettent au savoir traditionnel des sages-femmes qui les aident à affronter la tempête de l’accouchement. Dona Ilda, âgée de 93 ans, raconte: “J’avais 15 ans lorsque j’ai assisté pour la première fois à un accouchement. Il est arrivé les pieds en premier. m’a aidé, et je m’en suis sortie.” Elle n’est pas la seule. Dès lors qu’une jeune mère est sur le point de donner naissance à un enfant, on envoie une pirogue chercher une sage-femme de l’Amazonie. Si elle arrive à temps, elle accompagnera la jeune femme dans cette épreuve. L’isolation géographique et sociale, le manque de service médical, ne leur laissent guère le choix et maintiennent la tradition en vie. Amazonie, la vie au bout des doigts raconte l’histoire de ces femmes dévouées, qui donnent la vie et rencontrent la mort dans des endroits où la médecine est rudimentaire et où l’instinct la remplace. Ce film peint le portrait de la vie, dépendante de leurs mains noueuses et de leur savoir-faire ancestral, humblement décrit comme “un don du ciel”. Un documentaire de Stéphanie POMMEZ.