10 min •
Ce docu n'a pas de note D’abord une technique cinématographique, le found footage a ensuite évolué en son propre genre après avoir connu une vague de popularité vers la fin des années 1990. Le matériel pour réaliser un film, même basique, était particulièrement cher à cette époque-là et c’était, pour certains débutants dans le domaine, un moyen de créer leur long-métrage à moindre coût. De nos jours, les conditions ne sont plus les mêmes et le genre a donc évolué avec son temps, ce que nous verrons à travers la présentation de différents long-métrages empruntant l’esthétique found footage. Commençons d’abord par une explication de cette méthode, pour ensuite voir quelques exemples de films qui l’utilisent et enfin jeter un oeil à l’univers du divertissement qui reprend certains aspects du found footage pour créer un effet tout particulier.

Le found footage, c’est quoi ?

C’est une technique cinématographique qui est utilisée notamment dans la réalisation de certains films d’horreur. Le found footage, en français « enregistrement vidéo trouvé », tente de mimer une prise de vue en amateur, comme si un des personnages avait filmé la scène et que la séquence avait ensuite été trouvée, puis diffusée telle quelle. Certaines caractéristiques de ce genre de prise de vue sont la caméra qui oscille car simplement tenue à la main, ou qui tombe, ainsi qu’une qualité parfois médiocre. Le point de vue est celui du réalisateur qui fait lui-même partie de l’intrigue. Ces séquences peuvent être insérées ponctuellement dans un long-métrage, ou alors constituer l’unique méthode de réalisation. Le but est de créer un effet de réalité dans la fiction, souvent sous la forme d’un pseudo-documentaire. C’est une technique utilisée dans les films d’horreur le plus souvent car elle ajoute aux frissons de peur en plongeant le spectateur au coeur de l’histoire. Mais cette méthode peut aussi être utilisée dans d’autres types de film ou même parfois sortir de l’industrie cinématographique pour se retrouver dans le secteur extrêmement populaire des jeux vidéo, par exemple. D’un point de vue financier, le found footage est souvent utilisé dans des films à petit budget car l’aspect amateur est simplement une des caractéristiques du genre et acheter un matériel onéreux n’est donc pas nécessaire. Néanmoins, même avec peu de moyens, certains des films utilisant ladite technique sont devenus des classiques et la plupart sont disponibles sur Netflix si vous ne les avez pas encore vus.

Brève filmographie du genre

Le film ayant popularisé la technique du found footage est le fameux Projet Blair Witch. Sorti en 1999 et réalisé par Daniel Myrick et Eduardo Sánchez, ce long-métrage est un des plus connus utilisant cette méthode de pseudo-documentaire. Pour rappel, l’histoire veut que l’enregistrement vidéo ait été trouvé dans la forêt où de jeunes gens ont disparu. Les réalisateurs ont joué avec cet effet en prétendant que c’était une histoire vraie pendant quelque temps afin de faire sensation, et ça a fonctionné ! Ensuite, d’autres films se sont inspirés du Projet Blair Witch en utilisant un dispositif similaire. Par exemple, Paranormal Activity, sorti en 2007, est également un des films les plus célèbres utilisant cette technique. Comme son ancêtre, ce film d’horreur ne mise pas sur des scènes d’action sanglantes mais sur une peur suggérée et renforcée par une sensation d’être immergé dans l’ambiance inquiétante qui règne. Plus récemment, le film Paranormal Investigation, datant de 2018, utilise des séquences en found footage de manière ponctuelle. Il prend la forme générale d’un pseudo-documentaire avec un narrateur, des entretiens filmés individuellement en plus des visuels faussement amateurs. En réalité, le genre du found footage est devenu extrêmement populaire car il semblerait que les activités paranormales fascinent de nombreuses personnes. Une technique étant capable d’augmenter ce genre d’effets ne peut donc que connaître un grand succès.

Pas qu’au cinéma…

Si vous aimez l’effet du found footage, vous pourrez retrouver certaines caractéristiques de cette technique dans d’autres types de divertissement, notamment dans les jeux en ligne. Par exemple dans les jeux vidéo FPS comme CS:GO typiquement, où l’idée est semblable car tout est « filmé » depuis votre perspective afin de vous faire sentir comme un des protagonistes du jeu à part entière. En fait, les FPS en général utilisent cette technique de par leur point de vue tout particulier. C’est la même chose dans les jeux de live casino comme ceux proposés par Betway : lors d’une partie de roulette, les joueurs suivent le mouvement de la bille en direct, filmée à 200 images par seconde, pour donner l’impression de réalité et permettre de profiter du jeu comme si ils y étaient. Mais contrairement au Projet Blair Witch, cette fois-ci le tout est en streaming de haute qualité ! En bref, le found footage qui a fait ses premiers pas au cinéma vers la fin du 20ème siècle principalement à cause de limitations financières est aujourd’hui un genre cinématographique bien particulier et très apprécié, notamment dû à l’intérêt général pour le paranormal. Si vous voulez en savoir plus à travers la lecture, n’hésitez pas à faire un tour sur notre boutique qui contient des livres sur le sujet. Au final, même si la technologie actuelle permet au grand public d’acquérir du matériel pour moins cher qu’auparavant, l’esthétique du found footage a toujours son intérêt car les effets procurés sont excellents. On retrouve même des caractéristiques de cette technique utilisée dans les jeux en ligne afin d’immerger le joueur au maximum dans l’histoire. La prochaine étape ? L’immersion culturelle à l’aide d’un casque de réalité virtuelle…