00 min •
Ce docu n'a pas de note Le plus grand défi du 21e siècle sera de produire moins de déchets. Les alertes sont nombreuses et l’humanité est déjà au bord du gouffre. Si elle ne réagit plus vite, elle court à la catastrophe écologique. Des solutions existent pourtant et elles sont applicables par tous et toutes.

C’est quoi le zéro déchet ?

Comme son nom l’indique, c’est simplement une démarche dont le but est de réduire un maximum l’émission de déchets. Tous les ans, ce sont environ 350 kilos de détritus qui terminent dans les poubelles de chaque Français. C’est beaucoup, c’est trop même sachant que ce chiffre a doublé au cours des 40 dernières années ! Ce phénomène est dû à l’utilisation toujours excessive des emballages pour les produits alimentaires ou autres. Le zéro déchet, c’est un but qu’on peut se fixer pour réduire ses poubelles par des gestes faciles au quotidien. C’est surtout une vraie prise de conscience. Ainsi, c’est par exemple utiliser un savon brut plutôt qu’un gel douche, acheter des denrées en vrac conditionnées dans des bocaux en verre, utiliser des sacs en tissus plutôt que des sacs en plastique jetables pour faire ses courses, se moucher dans du tissu lavable à la place du papier, … Cela passe aussi par fabriquer soi-même ses cosmétiques et ses produits d’entretien. Et pour aller plus loin, c’est aussi privilégier la réparation plutôt que l’achat neuf. Au final, le zéro déchet n’est pas une mode, mais une nécessité. Et une nécessité urgente.

Une réduction des emballages plastique s’impose

Transparent, ultra léger mais très polluant, le plastique est hélas abondamment utilisé pour emballer les aliments du quotidien. Celui-ci termine souvent sa course dans les océans. On estime que depuis 1950, six milliards de tonnes de plastique ont été générés par l’homme. Selon une étude l’ONU, dans 30 ans les océans accueilleront plus de matières plastiques que de poisson ! Pour le bien de notre environnement, il est urgent de réduire drastiquement notre consommation de plastique. Combien de fois voit-on des produits emballés inutilement de manière individuelle ?

Le DIY, c’est plus écologique et ça permet un gain d’argent

Ce mouvement, le « Do It Yourself » qu’on traduit en français par « faite le vous-même », prend de plus en plus d’ampleur à travers la planète. Le concept est simple. Plutôt que de déprendre des grandes marques et d’être esclave de produits pas souvent écologiques, il prône de faire soi-même les produits dont on a besoin, de manière écolo et sans gaspillage. C’est bien meilleur pour l’environnement et cela revient donc moins cher à fabriquer, car il y a moins d’ingrédients et plusieurs produits peuvent avoir plusieurs usages ! Enfin, ce mouvement présente aussi un coté ludique et amusant. D’autant plus que la satisfaction de faire les choses par soi-même est un facteur de bien-être qu’il ne faut pas négliger. Et pas de panique sur la faisabilité, car Internet regorge de ressources et on peut facilement trouver le tuto idéal. Exit donc les substances toxiques et bonjour aux produits efficaces à base de bicarbonate de soude, de vinaigre blanc, …