94 min •
Ce docu n'a pas de note En 2000, un documentariste russe filme de l’intérieur la première année au pouvoir de Vladimir Poutine. Près de vingt ans plus tard, Vitaly Mansky, désormais exilé, remonte ses archives et en propose une relecture critique. La fascinante naissance en direct d’un potentat surdoué, secret et cynique. Grand Prix « Documentaire international » au Fipadoc 2019. « Je pars. » Le 31 décembre 1999, Boris Eltsine annonce à la télévision sa démission du poste de président de la Fédération de Russie. En attendant la tenue de nouvelles élections en mai, il nomme comme remplaçant intérimaire son chef du gouvernement, Vladimir Poutine, à la cote de popularité au plus bas. L’ancien officier du KGB est intronisé le soir même dans la liesse générale du Nouvel An (première habileté politique). Poutine se sert de sa nouvelle position comme d’un tremplin, et, sans avoir vraiment mené campagne, est élu au premier tour de la présidentielle. Il est alors suivi par Vitaly Mansky, chargé pour la télévision d’État de filmer la passation de pouvoir et de composer un portrait autorisé du nouvel homme fort du pays. Près de vingt ans plus tard, le documentariste, entré en dissidence et désormais exilé, remonte son film et propose une relecture critique de ses images, à l’aune de l’ascension du potentat Poutine. « Celui qui approuve sans mot dire n’est plus seulement un témoin, il devient un complice. » Pour Vitaly Mansky, tout était là, à portée de main. Il suffisait de décrypter un matériau qui annonçait déjà, en 2000, le futur de la Russie. À travers ses séquences dans l’intimité du pouvoir, ses tête-à-tête avec le nouveau maître du Kremlin et des moments apparemment anodins, c’est tout simplement le basculement dans un régime totalitaire qu’il nous montre. Vladimir Poutine s’y révèle déjà secret et cynique, et semble prêt à tout pour consolider sa mainmise sur le pays, pendant que l’on assiste aussi, en privé, à l’affaiblissement physique de Boris Eltsine. À partir de ses propres images et d’archives publiques ou privées, le documentariste écrit à la première personne un roman politique singulier, dont personne, à l’heure actuelle, ne sait encore comment il se terminera. Documentaire de Vitaly Mansky disponible jusqu’au 02/04/2021