00 min •
Ce docu n'a pas de note La culture viking dépasse largement les clichés de barbares sanguinaires à bord de drakkars, qu’on veut bien lui attribuer. Certes, les Vikings étaient des guerriers conquérants, mais, ce que l’on sait moins, c’est qu’ils étaient aussi des travailleurs de la terre, des commerçants, des voyageurs, et des orfèvres hors pair !

Un trésor inestimable

Les fouilles archéologiques ont montré des trésors enterrés autour de sépultures, mais aussi de nombreux objets cachés, certainement enfouis avant des combats ou des conquêtes à l’étranger.Et la forge ne servait pas qu’à produire des haches de guerre… Ces trésors étaient essentiellement constitués d’armes, de pièces de monnaie, d’objets pillés çà et là, et… de bijoux. Ce patrimoine riche montre un travail d’une finesse extrême, mêlant la gravure, la ferronnerie, le tressage, et des motifs variés, travaillés dans de l’os animal, des matériaux naturels, et divers métaux, du plus simple au plus précieux.

Le bracelet, l’attribut du chef viking

Chez les Vikings, les ornements sont portés par les hommes, autant que par les femmes. Au-delà de l’esthétique, ils montrent la richesse, le statut, la puissance. Broches, bagues, colliers, amulettes, mais surtout bracelets constituent l’apparat, dans une société organisée et hiérarchisée. Ainsi, les bracelets-manchettes montrent le statut et la puissance du chef de clan ; plus ils sont larges, plus le patriarche a de pouvoir. Les matériaux utilisés attestent de la richesse de son possesseur ; du métal simple, du bronze, de l’argent, et même du vermeil ou de l’or, hiérarchisent la société nordique de l’époque.

Le bracelet viking : un savoir-faire historique

La joaillerie viking servait également de monnaie d’échange au cours des longs et nombreux voyages des marins scandinaves. Il n’était pas rare d’en faire des morceaux, à la manière dont on utilise nos monnaies aujourd’hui. Les Vikings manient à merveille l’art de la gravure. Les pièces les plus anciennes en témoignent, à l’instar des boucliers de guerre, décorés aux symboles de chaque clan, que l’on enterrait aux côtés des guerriers défunts, ou de leur femme, avec là collection de bijoux familiaux. Les pièces gravées étaient souvent plates et larges, comme les anneaux de bras, futurs bracelets des chefs de clan. Les motifs, très travaillés, utilisent des techniques diverses et variées. Les frises géométriques sont omniprésentes, ainsi que les entrelacs, et les tressages sur la plupart des bracelets. Certains mêlent le métal à des fibres naturelles tressées ou de la cordelette.

Un art fort en symbolique

Chaque ornement porte une signification. Elle peut être liée aux divinités de la mythologie scandinave, telles qu’Odin ou Thor, et apportent ainsi, selon les croyances nordiques, la protection des dieux. Elles sont aussi un témoignage de l’ascendance de chacun, comme un arbre généalogique que l’on arbore. C’est un peu une part d’Histoire portée au bras. À l’image des figures de proue des fameux drakkars, à l’effigie de dragons et autres personnages légendaires, les bijoux se parent de têtes de dragons, de pattes d’ours, de tortues, de la chèvre, symbole de vie, tous ces animaux réels ou légendaires qui composent l’âme Viking. C’est une façon d’honorer leurs idoles et de s’assurer leur soutien et leur protection dans leurs nombreux et périlleux combats. Esthétique, riche en significations, en caractère, en techniques, et en histoire, le bracelet viking en argent n’a pas fini de nous faire voyager…