0/5 (1) L’entomoculture : une solution d’avenir pour notre planète ?

L’entomoculture est le terme qui regroupe tout ce qui va toucher de près ou de loin à l’élevage d’insectes. C’est une notion qui est de plus en plus mis en avant aujourd’hui, notamment dans les discours sur l’environnement et cela pour plusieurs raisons. L’élevage d’insectes est une source de protéines animales à faible répercussion en carbone à l’inverse des modèles agricoles classiques. C’est donc une évolution possible de notre mode de consommation dans la nourriture de demain, mais pas que cela ! En effet, c’est aussi une part non-négligeable de protéines qui pourrait servir à la nutrition animale mais aussi à un autre niveau à la sauvegarde de notre écosystème dans les jardins de chacun. Dans cet article nous allons découvrir tout cela et faire le point sur l’entomoculture de demain.

L’élevage d’insecte industriel, nouvelle source de protéine

Quand l’on parle d’entomoculture, il faut savoir que l’on peut parler de cette technique à deux niveaux :

  • L’entomoculture industrielle : réaliser en optimisant les process dans un but de rendement
  • L’élevage d’insecte amateur : dans un but de reproduction d’espèce ou de maintien d’un écosystème.

Dans le cas de l’élevage industrielle des insectes, l’objectif est avant tout de produire une nouvelle source de protéine animale décarbonée, ou du moins faiblement carbonée, et demandant peu d’eau. L’automatisation de cet élevage permet donc de produire beaucoup d’insectes pour les transformer principalement en huile et en farine dans les pays occidentaux.

Pour la nutrition animale

Certaines nourritures animales ont besoin de beaucoup de protéine animale pour être conçue. Et oui, si l’on regarde proche de nous sur les paquets de croquettes de nos animaux de compagnie sont composé en grande partie de restes de viande ou assimilés. Un bon moyen d’enrichir ces alimentations et de remplacer en partie ces produits est d’offrir la possibilité d’utiliser les farines et huiles d’insectes tout aussi riche. Il faut alors automatiser cette production avec des solutions spécifiques comme le propose le site de Dilepix.

Une solution pour la nourriture de demain ?

L’entomoculture est-elle une solution pour la nourriture de demain ? Bien que l’on retrouve aujourd’hui quelques produits dans des boutiques spécialisées comme des vers de farines grillés aux épices pour l’apéro, nous sommes encore loin d’acheter son kilo de vers vivants pour les préparer le midi. L’évolution dans les pays occidentaux tant sur la législation que sur l’évolution des mentalités est encore à ses prémices.

L’entomoculture à la maison : est-ce possible ?

L’élevage d’insectes dans le jardin et de manière générale chez soi est aujourd’hui quelque chose de courant. Beaucoup d’amateurs s’essayent à créer une petite production mais rarement pour la consommation. Des insectes de jardin comme les papillons ou encore certains scarabées sont très appréciés par les entomologistes pour leur couleur ou des spécificités autres.

Il n’est pas rare non plus de voir apparaître des maisons à insectes dans les potagers de particulier. C’est une façon de réaliser de l’entomoculture passive en améliorant notablement la préservation de l’écosystème de votre jardin comme vous pouvez le voir ici.

La consommation d’insectes un blocage culturel dans les pays occidentaux

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la consommation d’insectes pour la nutrition humaine n’est encore qu’au balbutiement en Europe. En comparaison, dans certains pays d’Asie comme le Cambodge ou le Japon, leur consommation est beaucoup plus banalisée que dans nos contrées. Le blocage est donc culturel avant tout. C’est un frein qu’il faudra faire évoluer avec le temps pour s’assurer de la démocratisation des techniques d’entomoculture en Europe. L’intérêt du grand public accélérera le développement des industries et de la recherche autour de ce secteur.