53 min •
Ce docu n'a pas de note Collabo pour les uns, pédophile pour les autres, Charles Trenet n’a jamais daigné répondre à ceux qui l’accablaient. Il a souffert en silence et chanté sans relâche. Karl Zéro et Daisy d’Errata font revivre ce vieux galopin sulfureux, poète dont le masque joyeux cachait mal les désespoirs, artiste solaire qui dédaignait toute forme de conventions, à travers des archives inédites et oubliées, et les témoignages de ses amis proches, parmi lesquels Charles Aznavour et Jean-Jacques Debout. Pour Charles Trenet, tout semblait pourtant si facile, léger, fugace, rêvé… « La Mer », griffonnée en quelques minutes dans un train entre Narbonne et Carcassonne, fit le tour du monde et le transforma en milliardaire. Mais derrière l’insolente réussite, derrière le chapeau cloche et les yeux qui riboulent, derrière le génie poétique se cachait un autre Charles : un petit pensionnaire abandonné par sa mère, un homme secret, un « pédéraste » à une époque où l’homosexualité n’était pas tolérée. Alors, il se réfugiait dans le monde des rêves, avant d’être durement ramené à la réalité. C’est ce Charles Trenet-là que le film raconte, ce Trenet blessé, mystérieux, solitaire. Celui qui traversa le XXe siècle sans jamais vouloir se livrer.