14 min •
Ce docu n'a pas de note Avant de passer à table, un domestique lui verse de l’eau sur les mains dans une vasque en argent. Calme, luxe et volupté. A le voir aussi détendu sous les ors de son palais présidentiel, qui croirait que Laurent Gbagbo est un homme sous pression ? Que la communauté internationale fait bloc contre lui, afin qu’il cède la place à son rival Alassane Ouatara, vainqueur officiel de l’élection présidentielle ? Que la Côte d’Ivoire est au bord de la guerre civile ? C’est un reportage exclusif à Abidjan, dans cette situation ubuesque. Pour la première fois, le président déchu Laurent Gbagbo, a accepté qu’une caméra le suive alors que depuis deux mois, il s’accroche au pouvoir, affirmant que c’est lui qui a remporté le scrutin. Toujours en présence d’une garde rapprochée et dans la crainte permanente d’être espionné, il consulte jusqu’au milieu de la nuit des émissaires venus du monde entier. Lors de ses rares sorties en ville, ses partisans l’acclament dans un climat électrique. Alors que l’étau se resserre autour de lui, Laurent Gbagbo affiche un flegme à toute épreuve. Passionné de sport, il regarde à la télévision des matchs entiers des internationaux de tennis d’Australie. Document exclusif dans les coulisses du palais présidentiel que Laurent Gbagbo semble résolu à ne pas quitter. Un documentaire d’Emmanuelle Cohen.