12 min •
Ce docu n'a pas de note Ce pays d’Asie Centrale, d’un peu plus de 6 millions d’habitants, né en 1991 de l’éclatement de l’URSS, était un des points les plus avancés de la Russie soviétique et tsariste vers la Chine, le grand concurrent et voisin asiatique. Depuis son indépendance, le Kirghizistan, aux paysages d’une beauté envoûtante, est resté ouvert, chaleureux et… démocratique, contrairement à ses voisins, le Kazakhstan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Turkmenistan et l’Azerbaïdjan, tous régis par des dictatures. Le 10 janvier dernier, les Kirghizes ont été appelés à une présidentielle anticipée en réaction aux manifestations contre les résultats contestés des élections législatives d’octobre 2020. Accusé de fraude électorale, l’ancien président, Soonronbay Jeenbekov est démis de ses fonctions au profit de Sadyr Japarov, devenu Premier Ministre par intérim en octobre dernier et élu Président de la République du Kirghizistan, plébiscité à 80% des voix. Comment un tel retournement de situation a pu avoir lieu?  Son discours anti-corruption n’est-il qu’une vaine promesse? Pourra-t-il apporter aux Kirghizes l’espoir d’une vie meilleure et freiner l’exode économique vers la Russie ? Documentaire disponible jusqu’au 18/01/2024.