52 min •
Grâce à sa maîtrise du jeu et son talent de bluffeuse, Isabelle Mercier, sur surnom No Mercy, est la joueuse de poker la plus connue au monde. Même si c’est un endroit plutôt masculin, elle a gagné plus d’un million de dollars sur les tables de poker. Elle côtoie les plus grandes stars, elle est invitée sur tous les plateaux TV à cause de sa passion du poker et son charme. Elle est également l’une des raisons pour lesquelles on a récemment de plus en plus de femmes qui se lancent dans le poker. Comme Isabelle, beaucoup commencent à jouer pour s’amuser avec la famille, avec des amis ou dans les casinos en ligne qui proposent des salles de poker, où les récompenses supplémentaires sont des bonus, par exemple, les tickets de « freeroll ». De cette façon, ils peuvent tester et améliorer leurs compétences au poker avant de décider de se livrer au vrai jeu en face-à-face. C’est à Victoriaville, sa vie natale, où tout a commencé. Elle jouait au poker déjà à 4 ans avec son oncle. Elle doit sa passion au poker à ses parents. Malgré une enfance très heureuse, elle avait toujours envie d’être plus libre et de faire dans sa vie ce qu’elle veut. Avant de se lancer dans une carrière de poker, elle a obtenu un diplôme de premier cycle en droit de l’Université de Montréal et a pratiqué le droit commercial pendant six mois. Elle a ensuite déménagé à Paris et a obtenu une maîtrise tout en travaillant comme responsable de salle de poker à l’Aviation Club de France, avant de se tourner vers le poker à plein temps. « Ce qui caractérise vraiment Isabelle, c’est cette capacité, cette envie, ce désir de décider pour elle-même sans aucune contrainte extérieure, ce qu’elle veut faire de sa vie. » dit Bruno Fitoussi, président ACFPoker.fr et un ami personnel d’Isabelle. Si elle voit des chaussures qui lui plaisent et si elles coûtent 650 euros, Isabelle se dirige vers le casino, en se disant – c’est 650 euros qu’il faut gagner. « L’objectif est d’avoir les revues régulières, stables, grandissantes pour le reste de ma vie qui peuvent me décharger de toutes mes autres obligations, c’est-à-dire, qui me permettent de jouer au poker quand j’en ai envie, où j’en ai envie, dans les tournois que je choisis, sans rendre compte à personne, donc l’objectif est vraiment de développer l’empire No Mercy » dit Isabelle. Les tournois de poker où elle participe durent plusieurs jours. Le premier jour d’un tournoi, en France, elle finit avec 47 800 euros et la moyenne est 22 900. Plein d’enthousiasme et d’ambition, elle attend le deuxième jour. Comme pour n’importe quel sport, elle ne se prive pas des séances de massage si apaisant pour l’esprit. Même si on ne cherche pas une performance physique pour jouer au poker, c’est quand même une performance mentale, alors le poker nécessite un entraînement physique rigoureux. Dix heures du jeu par jour est un vrai marathon où chaque coup peut être fatal et il faut tout le temps être en forme. Pour se donner l’énergie pendant le jeu, Isabelle lit son livre préféré – Le golfeur et le millionnaire de Mark Fisher, un auteur d’origine de Québec, le pays natal d’Isabelle Mercier. Elle a eu de la chance de le rencontrer et à ce moment-là, il avait déjà une proposition pour elle – c’est de faire une petite fondation. De cette façon, chaque fois qu’elle gagne, elle rend heureux des gens qui bénéficient de cette fondation. Elle met tout de suite en place son projet et elle participe au premier tournoi de charité en Europe. Les gains totaux des tournois en direct de Mercier dépassaient 1 200 000 $ en 2015. Une histoire assez étonnante !