43 min •
Ce docu n'a pas de note Tombouctou – pendant des siècles, « la Perle du désert » a eu une résonance magique : en tant que lieu saint de l’Islam, elle était interdite aux non-musulmans, et les marchands la décrivaient comme fabuleusement riche. Selon une légende, les rues étaient autrefois pavées d’or. Mais l’accès à Tombouctou n’a jamais été facile et le chemin à travers le désert a toujours été ardu. Aujourd’hui encore, seules quelques pistes y mènent. C’est pourquoi les biens et les personnes sont encore principalement transportés sur le fleuve Niger. Le voyage commence à Mopti. La ville est située au cœur de l’Afrique de l’Ouest, en République du Mali. C’est là que les routes commerciales du nord rencontrent celles du sud. Mopti est un port, un marché et un point de transbordement pour les marchandises de toutes sortes. Après la saison des pluies en été, les deux fleuves Bani et Niger transforment le pays aride en une île verte au bord du Sahel. Les anciens maîtres coloniaux français l’appelaient la « Venise de l’Afrique ». L’Air Bouctou est l’une des trois pinasses qui circulent régulièrement entre Mopti et Tombouctou. Les pinasses sont de simples bateaux plats en bois sur lesquels tout est transporté. La plupart du temps, les pinasses sont désespérément surchargées. La concurrence est féroce. Basekou Tikambo est le capitaine de l’Air Bouctou. Avec sa famille, il navigue sur cette voie depuis dix ans. Il a repris le travail et le bateau de son père. « Tu ne peux pas être un Pinassier si tu n’en as pas hérité de ton père. Mon père l’a appris de son père et il l’a appris à son tour de son père. C’est la seule façon d’être un bon Pinassier ». Basekou Tikambo ne se bat pas seulement contre la concurrence, mais aussi contre le temps, les variations du niveau d’eau du Niger et l’usure de son bateau. Pendant le voyage, les trous dans la coque sont rebouchés, deux hommes s’affairent jour et nuit à vider l’eau du bateau. Les machinistes ont du pain sur la planche pour faire tourner les moteurs. Sur le pont inférieur, les passagers sont allongés sur des sacs de riz et entre des pastèques ; sur le pont supérieur, des matelas, des vélos, des marchandises entassées pêle-mêle, des chèvres et des poulets… Pendant le voyage de trois jours vers Tombouctou, les passagers font la cuisine et dorment sur le bateau, un petit trou à la poupe faisant office de toilettes. Le moteur diesel rugit jour et nuit. Basekou Tikambo navigue sans aucune aide – il se fie uniquement à son expérience, son instinct et à sa foi. En tant que bozo, il est un homme des eaux qui peut parler aux esprits de la rivière. Les villages défilent. La Pinasse s’arrête là où les gens veulent descendre ou monter. Souvent, les lieux ne sont qu’un ensemble de huttes en terre battue aux toits plats et aux fenêtres minuscules, toutes du même brun savane. Sur le rivage du port de Tombouctou, qui se trouve à quelques kilomètres de la ville, les commerçants attendent déjà leur cargaison. D’autres veulent que leurs marchandises soient ramenées à Mopti. Il s’agit surtout de plaques de sel provenant des mines du nord du Mali, qui ont été amenées ici à travers le désert. Pour une nuit, la Pinasse jette l’ancre à Tombouctou, puis le voyage reprend vers Mopti, en descendant le long du Niger. Un documentaire de Holger Preuße et Valérie Theobaldt.