24 min •
En 1994, environ un million de personnes ont été tuées au Rwanda en seulement 100 jours. Deux décennies plus tard, une école de ballet classique pour jeunes filles dans la ville de Kigali symbolise à quel point le pays s’est remis du traumatisme infligé par le conflit interéthnique. Les enfants des tribus Hutu et Tutsi étaient autrefois séparés dans leur salle de classe au Rwanda. On leur enseignait qu’ils étaient différents, même au niveau de l’apparence. Les différences tribales étaient également souvent soulignées par les parents à la maison. Cela a radicalement changé depuis le génocide. Les initiatives gouvernementales dans les écoles et les communautés enseignent maintenant : «Personne n’est Hutu ou Tutsi, tout le monde est Rwandais et c’est tout», dit une jeune ballerine. Les voix fraîches et les attitudes des jeunes ballerines dans ce film témoignent de la réussite du Rwanda à assumer son passé de violence et à préparer sa nouvelle génération à un avenir pacifique. Comme le dit une autre jeune ballerine : «Nous ne pouvons pas laisser cela se reproduire… nous ne pouvons pas retourner là où nous étions ; nous devons continuer à grandir en nous appuyant sur ce qui s’est passé». Un documentaire de RTFrance.