6 min
Lorsqu’on est rapace, faucon crécerelle ou buses par exemple, tenir sa place de prédateur dans la nature nécessite l’utilisation d’un équipement de chasse très perfectionné. Tout d’abord une paire d’yeux très développés, qui occupent une bonne partie de la tête. Il permettent de voir une grande étendue. Et surtout de discerner, avec une précision infernale, le moindre petit mouvement anormal là-bas, tout au fond du pré, derrière la touffe d’herbes. Et puis le bec, bien sûr, pour déchirer les proies. Enfin les pattes, puissantes, terminées par des doigts aux griffes immenses, pour capturer et tuer les imprudents qui se sont fait surprendre.