03 min •
Les tutoriels pour fabriquer des masques artisanaux se multiplient sur le web depuis le déclenchement de la pandémie. Ces accessoires séduisent par leur beauté. Mais, de nombreuses personnes s’interrogent sur leur utilité. Protègent-ils véritablement les porteurs contre les virus et les agents pathogènes ?

Masques artisanaux, une efficacité limitée

Conçus en tissu, les masques faits maison jouissent d’une réputation grandissante en raison de leur praticité. Les utilisateurs peuvent les laver après usage. Tout le monde peut en confectionner en s’inspirant d’un tutoriel. Malheureusement, ces accessoires ne garantissent pas une protection optimale contre les bactéries selon différentes études poussées. De plus, aucune preuve scientifique ne confirme leur efficacité. Celle-ci dépend de la qualité du tissu utilisé et du nombre de couches. Les masques artisanaux se révèlent donc nettement moins performants que les modèles FFP2 ou chirurgicaux. Pour limiter véritablement les risques de contagion, les particuliers et les professionnels peuvent se procurer un masque de protection lavable conforme à la norme AFNOR SPEC S76-001. Il doit disposer de plusieurs couches et d’un filtre validé par la DGA. Ce type de masque joue plus efficacement le rôle de barrière contre les projections extérieures, les virus, les bactéries et les autres pathogènes.

Masques artisanaux, des accessoires tout de même utiles

Les porteurs de ces masques bénéficient d’un début de protection. Cela les expose moins aux risques de contagion. En France, l’Académie nationale de médecine recommande leur usage à la population. Elle préconise de réserver prioritairement les modèles FFP2 et chirurgicaux aux établissements de santé. Les États-Unis ont aussi abondé dans le même sens. Les gens doivent simplement privilégier des masques qui répondent aux normes de l’AFNOR. Par ailleurs, ils doivent s’assurer de bien porter ces accessoires pour bénéficier d’une protection optimale. Ils doivent les mettre de manière à couvrir intégralement la bouche et le nez. Ils doivent également s’abstenir de toucher le visage.