52 min •
Ce docu n'a pas de note Splendeur et misères de trois orfèvres de la pop sucrée : Abba, The Bee Gees et The Carpenters. Un vibrant procès en réhabilitation, avec, à la barre, des musiciens de premier plan (Neil Hannon, Jarvis Cocker…) qui décryptent, parfois la guitare à la main, le talent mélodique, le grain de voix unique et les ingénieux arrangements des trois groupes. Ringardisés, lessivés et dispersés au début des années 1980, Abba, The Bee Gees et The Carpenters, parias de la culture rock, semblent voués à disparaître à jamais. Erreur. Au cours des années 1990, la planète entière, du public à une nouvelle génération de critiques musicaux, va confesser son amour (encore honteux) pour les trois groupes et prendre la mesure de leur talent musical. Une foule de tribute bands va apparaître. Abba connaîtra un extraordinaire revival à travers la comédie musicale Mamma mia!. Le public découvrira que les Bee Gees ne se résument pas à leur période disco. Quant aux Carpenters, ils feront leur grand retour grâce à un film interdit et culte de Todd Haynes sur la tragédie de la chanteuse Karen Carpenter, morte précocement en raison de son anorexie. Dans cet épisode, des musiciens de premier plan – Neil Hannon, Jarvis Cocker… – décryptent, parfois la guitare à la main, le talent mélodique, le grain de voix unique et les ingénieux arrangements des trois groupes. Quant au critique rock Patrick Eudeline, il raconte comment une fois, au Gibus, il a interloqué les « petits punks » en professant avec Joe Strummer, le leader des Clash, son admiration pour Abba. Documentaire de Nicolas Maupied.