52 min
Mais c’est nous qui l’avons éliminé, tout le monde sait cela. » Evoquant l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, tombé le 16 janvier 2001 sous les balles de son garde du corps Rachidi Kasereka, l’ancien procureur général du Rwanda, Gérard Gahima, aujourd’hui passé à l’opposition, rejoignait, sans le savoir, les conclusions d’Arnaud Zajtman et Madeleine Rabaud. Durant des mois, alors qu’ils étaient basés à Kinshasa, ces deux journalistes travaillant pour France 24 et pour la BBC ont essayé de renouer les fils d’un crime non élucidé. Ils se sont rendus à la prison centrale de Kinshasa où ils ont rencontré quelques-uns des 51 condamnés à mort, désignés comme coupables d’un crime qu’ils nient avoir commis et pour lequel Joseph Kabila, fils du défunt président, refuse toute grâce ou tout allègement de la prison à perpétuité qui remplace désormais la peine capitale. Précis, documenté, ce film qui puise largement dans les archives de l’époque, entre autres dans les images du procès des assassins présumés, qui ont comparu devant la Haute Cour militaire, retrace des pans d’histoire à larges traits. Il rappelle comment Laurent-Désiré Kabila est arrivé au pouvoir à la tête de rebelles venus de l’Est encadrés par l’armée rwandaise, il explique pourquoi l’ancien maquisard, que ses anciens alliés n’arrivaient pas à « gérer » (autrement dit à contrôler), qui avait déçu les Américains et déplu aux Belges à cause de son nationalisme farouche, était, littéralement, un homme à abattre, cible de plusieurs complots, menacé par trop d’ennemis à la fois. Zajtman et Rabaud parlent d’un homme qui devait mourir, ils évoquent le rôle d’Edy Kapend, l’aide de camp du président qui abattit Rachidi, l’assassin, dans un scénario qui rappelle la mort de Kennedy et ils laissent entendre que Kapend (comme il nous l’avait déjà confié depuis sa prison) n’a fait qu’exécuter les ordres.