61 min •
Ce docu n'a pas de note
Ce documentaire est construit autour d’Etienne Plaisantin, cinéaste amateur ayant opéré des années 45/50 à aujourd’hui. En tant que radio électricien, il a toujours été intéressé par tous les appareils nouveaux de la modernité des trente glorieuses; la caméra a très tôt fait partie de ses réflexes, comme une invitée que l’on choie, à qui on réserve la meilleure place, dans ce moment où la relation sociale s’affichait de nouveau franche et joyeuse juste après les années de plomb de la guerre. On assiste ainsi à la fabrication du monde, à la vie dans la joie de l’instant et le désir du témoignage avec la sensation aiguë, pour nous spectateurs d’aujourd’hui, de retrouver à la diffusion, la magie de la première fois. Bien sûr Etienne a plutôt sorti sa caméra les jours de fête, évidement, il a plus filmé les défilés que le quotidien du travail, mais dans ces jours de fête apparaissent tous les signes du quotidien, vêtements, attitudes, maisons ….tout raconte le Jura de cette époque. Ces moments de rencontre, de pique nique, de fêtes populaires où l’on voit les couleurs arriver en même temps que les enfants grandir témoignent d’une chose essentielle une forme de vie encore collective. Ce qui défile devant nous c’est sans démonstration ni message la fabrication de notre histoire contemporaine, soixante ans d’images dans une revue drôle et touchante qui nous pose délicatement, à la fin, dans notre vie d’aujourd’hui. Un documentaire de Jean-Louis Vuillermoz et Jean Baptiste Benoit, Vie des hauts production