52 min •
Ce docu n'a pas de note Les Calanques, c’est le petit joyau préservé des Marseillais. Cet immense espace naturel est aux portes de la ville, on peut s’y rendre avec un ticket de métro ou un ticket de bus. Pour les Marseillais c’est un peu leur grand jardin sauvage qui se trouve sur le territoire de la ville dans le 8e et 9e arrondissement. Classé parc national depuis peu, c’est un deux seuls parcs naturels périurbains au monde. Découvrir les Calanques c’est d’abord un choc visuel. De l’aube au crépuscule, tout brille et scintille. D’un côté la Méditerranée d’un bleu Azur et de l’autre de hautes masses rocheuses de calcaire déchiquetées d’un blanc éclatant. Parfois quelques taches aux zébrures vertes laissent entrevoir une végétation rare et remarquable, ça sent bon le thym et le romarin. Les pins ont des silhouettes tortueuses, façonnées par les vents violents. Ici le temps s’immobilise, c’est un univers à part, séparé du monde ordinaire. Les Calanques c’est surtout le paradis des randonneurs. Vallons perdus, criques isolées, recoins ignorés, tout est accessible, mais souvent ces lieux magiques et secrets se méritent. Partout la nature est sauvage et harmonieuse, pas de construction, c’est interdit depuis bien longtemps. Pour y rencontrer quelques âmes locales, il faut se rendre dans les deux seules Calanques habitées de Sormiou et Morgiou. Ici ce sont les cabanoniers qui règnent en maîtres. La vie au cabanon est joyeuse et fraternelle, simple et spartiate, pas d’eau courante, ni d’électricité. Ici on vit au rythme des chants des cigales et de la pétanque. Avoir un cabanon est un privilège, c’est si précieux qu’on se le transmet de génération en génération. Les Calanques abritent des fonds marins extraordinaires, on y retrouve un patrimoine historique exceptionnel comme l’émouvante grotte Cosquer de l’époque paléolithique. Plus loin au large on y a retrouvé l’épave de l’avion de Saint-Exupéry. Plonger dans les Calanques fait partie des plus belles plongées de Méditerranéen, la faune aquatique est riche et variée et les épaves nombreuses et accessibles. Un documentaire de Dominique Clément pour Passe-moi les jumelles.