53 min
Depuis 12 ans, l’Association pour l’Amitié (APA) a pris le parti de faire cohabiter des personnes de la rue de tous horizons et de tous âges et des jeunes volontaires professionnels, dans une ambiance familiale, convaincus qu’à côté des aides matérielles, des liens d´amitié approfondis sont indispensables à la reconstruction de personnes fragilisées par la vie. Aujourd’hui, l´association, créée par Etienne Villemain et Martin Choutet – jeunes catholiques proches de Jean Vanier (le fondateur de l’Arche) – accueille 200 personnes dans des appartements au coeur de Paris. Hommes d’un côté, femmes de l’autre. Comme ici rue de Vaugirard dans un ancien monastère, où résident une vingtaine de co-locataires et un ancien prêtre ouvrier, le Père Géry. On suivra notamment Gilbert qui s´engage sans compter auprès de sa nouvelle famille et dont il est le cuisinier. À ses côtés, Gilles et Sébastien, nouveaux arrivants à l’APA font leurs premières armes pour se mettre au service de ceux qui leur ont tendu la main. Une patiente reconstruction pour les uns et la découverte du meilleur de soi pour les autres, tous jeunes volontaires et qui décident d´éprouver leur foi. Car rien n’est jamais gagné dans cette vie de famille qui s’invente au jour le jour avec peu de moyens et beaucoup de petites attentions garantes d´une vie communautaire nécessaire. Portraits croisés de ces petites mains invisibles aux parcours lointains, devenues les meilleurs ambassadeurs de ces associations religieuses aux principes fondamentalement humanistes. Leur engagement nous conduit à nous interroger sur la question du don de soi et de son incarnation au quotidien. L’APA est un petit miracle d’humanité. Le film « Des Petites Mains invisibles » en est le témoignage réconfortant. Il est la démonstration qu’une réconciliation entre possédants et déshérités est possible et que les « sauveurs » ne sont pas nécessairement ceux qu’on croit. Documentaire réalisé par Serine Lortat Jacob, COPRODUCTION LARDUX FILMS.