12 min
Banal accident, braquage avorté, qu’est-il arrivé à Charly Pré, gérant du bar « Le Relax » et coqueluche de Pussay ? Dans ce hameau de 2100 âmes niché au cœur de l’Essonne, la question est sur toutes les lèvres. Concours de belote, tournoi de pétanque ou encore buvette impeccablement tenue lors de la mythique course cycliste Paris-Pussay, Charly avait tout d’une star, façonnée par sa gouaille légendaire et sa passion pour les voitures de collection. Il formait un couple solide avec Corinne, sa « femme adorée » et nul ne lui connaissait d’ennemis. Mais sa paisible existence a basculé le 21 avril dernier. Comme tous les mardis depuis 2007, Charly se dirige vers la banque pour déposer la recette de la semaine. Aux alentours de 11h, la Ford de l’ancien chauffeur livreur à la conduite irréprochable est retrouvée encastrée dans un arbre. Les pompiers dépêchés en urgence ne parviennent pas à réanimer Charly. Si les premiers éléments convergent vers la thèse de l’accident, deux voitures noires retrouvées carbonisées à quelques hectomètres des lieux du drame vont attirer l’attention de la gendarmerie locale. Rapidement, une information judiciaire est ouverte…Et les enquêteurs vont faire une incroyable découverte : après exploitation des vidéos de surveillance, ils s’aperçoivent qu’en quittant le bar, Charly aurait été pris en chasse par un duo de bolides aux vitres teintées. La piste du braquage ayant mal tourné semble se dessiner. Seulement voilà, comment expliquer que les brigands n’aient pas subtilisé les 14 800 euros que le barman quinquagénaire avait sur lui ? Auraient-ils pris peur ? Cherchaient-ils en réalité à s’emparer de la Ford ? Mystère. Pour l’heure, les enquêteurs ne sont pas parvenus à mettre la main sur d’éventuels suspects. Une semaine après « l’accident », les habitants de Pussay ont rendu un dernier hommage à Charly lors d’une marche blanche silencieuse. Comme un symbole, Corinne sa femme continue à tenir « Le Relax », pour que perdure le mythe de la star des zincs. Un documentaire de Maurice Neyra.